MAIRIE ET DIRECTION GÉNÉRALE

Contactez cette direction

418-368-2104, poste 8503

Communiqués de presse
Communiqués de presse

Communiqués de presse (88)

Du 27 octobre au 3 novembre, une délégation gaspésienne s’est rendue dans la région de Bretagne, en France, pour y mener une mission économique, sous les thématiques du tourisme, de la formation et des énergies nouvelles. Le déploiement de l’entente de jumelage avec St-Malo et la participation à l’Assemblée générale annuelle du Réseau Si tous les ports du monde auront permis d’intensifier les relations de Gaspé à l’étranger et de faire de nouveaux pas vers l’avant dans ses relations internationales. La délégation gaspésienne était composée du maire de Gaspé, Daniel Côté, qui agissait également comme chef de mission, de la Cheffe Manon Jeannotte de la Nation Micmac de Gespeg, du directeur du Centre de formation professionnelle de la Côte-de-Gaspé, Claudio Bernatchez, du directeur exécutif de Destination Gaspé, Stéphane Ste-Croix et de l’Agente en tourisme et marketing du Site d’interprétation Micmac de Gespeg, Fannie Langlois.

« Notre court séjour nous aura permis de renforcer nos actions concrètes dans le jumelage avec St-Malo, et ce, en marge de l’une des plus prestigieuses courses de voiliers au monde, la Route du Rhum. Nous avons pu rencontrer des dignitaires comme le président de la Guadeloupe, Monsieur Ary Chalus, la ministre des Outre-mer du gouvernement de France, Madame Annick Girardin et le député d’Ille-et-Vilaine, Monsieur Gilles Lurton. Sous l’initiative du maire de St-Malo, Claude Renoult, nous en avons aussi profité pour signer conjointement un nouvel accord, soit la participation à un appel d’offres des États français et québécois sur la coopération décentralisée, devant nous permettre d’obtenir du soutien financier de nos gouvernements dans le cadre du déploiement de notre jumelage. D’ailleurs, la Délégation générale du Québec à Paris nous avait offert gracieusement la Maison du Québec à St-Malo pendant 2 jours, où nous avons pu mettre en exposition de grands imprimés et des vidéos de Gaspé et de Gespeg. Nous avons aussi multiplié les rencontres avec une panoplie d’acteurs, dont le Comité de jumelage de St-Malo, avec qui nous avons convenu d’implanter nos vitrines touristiques prévues à l’entente de jumelage d’abord sous forme audiovisuelle : des vidéos promotionnelles et culturelles de Gaspé seront donc diffusées périodiquement à St-Malo, et nous en ferons de même, afin de promouvoir le tourisme de nos villes respectives. Finalement, nous avons participé à l’Assemblée annuelle de Si tous les ports du monde, où étaient présents 8 pays : la France, le Japon, la Norvège, le Danemark, l’Italie, l’Espagne, l’Irlande et le Canada; le Réseau étant à un carrefour avec l’annonce de la retraite de son fondateur et coordonnateur, nous avons mis en place un comité de transition auquel Gaspé participera activement. Bref, ce furent des journées extrêmement chargées, mais très porteuses », affirme le maire de Gaspé, Daniel Côté.

« Pour notre part, il s’agissait d’une première démarche de ce type, alors je remercie le maire de nous avoir invités; c’est un signe que notre alliance convenue récemment porte ses fruits! Toute la question du jumelage avec St-Malo est une chose à laquelle nous tenons, car elle favorise l’établissement de liens économiques et culturels nous permettant de remettre notre Nation à l’avant-scène de l’histoire entourant l’arrivée de Jacques Cartier en territoire Mi’gmaq en 1534. Sous le regard européen, la présence des Premières Nations en Amérique est souvent occultée. Ainsi, nous avons pu rencontrer des responsables du Manoir de Jacques-Cartier pour travailler à une meilleure reconnaissance de la place que notre nation occupait à l’époque. Nous en avons fait de même avec la Mairie de St-Malo et son Office du tourisme. Nous avons convenu de travailler sur des projets communs mettant en valeur notre communauté et suscitant du développement touristique. Finalement, j’ai pu m’adresser ouvertement aux membres du Réseau Si tous les ports du monde pour souligner ces faits historiques et remettre de l’avant l’importance de notre Nation dans l’histoire, mais aussi dans le développement de la Gaspésie. Je suis confiante que nous ayons établi des bases solides pour l’avenir », mentionne la Cheffe Manon Jeannotte de la Nation Micmac de Gespeg.

« Je suis vraiment heureuse d’avoir pu accompagner notre Cheffe dans cette mission. Les liens développés avec le Manoir de Jacques-Cartier sont un gage d’avenir pour notre Site d’interprétation. Nous avons beaucoup à partager. Le Manoir, qui est d’ailleurs le véritable manoir où résidait Jacques Cartier à St-Malo, a été restauré grâce à des fonds de la Fondation McDonald Stewart de Montréal, avec laquelle nous avons également entrepris des contacts. Nous avons aussi eu une bonne rencontre avec l’Office du tourisme de St-Malo, qui gère un afflux touristique moyen de 3 millions de touristes par année, afin de mettre la table pour des collaborations en termes de promotion culturelle et touristique. Finalement, nous avons profité de ce séjour pour faire de la promotion touristique du Site d’interprétation de Gespeg dans plusieurs endroits majeurs de St-Malo », ajoute l’Agente en tourisme et marketing du Site d’interprétation Micmac de Gespeg, Fannie Langlois.

« Arriver à St-Malo en pleine effervescence de la Route du Rhum, où 2 millions de touristes convergent tous les 4 ans, c’est magique pour un amateur de voile faisant sa carrière dans le domaine touristique! J’ai donc pu expérimenter la gestion d’un événement touristique aussi phénoménal en échangeant avec des membres de l’organisation, puisque leur expérience en gestion d’événements de grande envergure peut nous être profitable. De plus, le maire m’a confié la mission de veiller à la mise en œuvre de la vitrine touristique que nous devons déployer sur St-Malo  dans le cadre de l’entente de jumelage entre nos 2 villes, qui prendra d’abord la forme d’un partage de vidéos de promotion culturelle et touristique. Nous ne pouvons pas passer à côté d’une offre aussi exceptionnelle que de voir Gaspé être omniprésente sur les plateformes audiovisuelles et web d’une ville aussi populaire que St-Malo pour une clientèle touristique axée sur le maritime. Sincèrement, nous avons là des opportunités exceptionnelles pour faire rayonner notre coin de pays et tirer notre épingle du jeu en faisant valoir notre identité et notre authenticité », précise Stéphane Ste-Croix, directeur exécutif de Destination Gaspé.

« De mon côté, je souhaitais tenter une première approche sur le terrain en terme de recrutement d’étudiants étrangers au Centre de formation professionnelle de la Côte-de-Gaspé. J’ai donc entamé des discussions avec l’Institut des métiers de St-Malo, qui accueille plus de 2000 étudiants chaque année, principalement dans son école de cuisine, et nous avons exploré différentes possibilités en ce sens. J’ai aussi pu assister à l’Assemblée générale annuelle du Réseau Si tous les ports du monde où, parmi la kyrielle d’acteurs, j’ai entrepris des contacts avec le président de la Chambre de commerce et d’industrie de la Côte-d’Ivoire, Monsieur Faman Touré, pour d’éventuelles collaborations, notamment avec notre École de cuisine. Finalement, j’ai eu l’opportunité, à la Maison du Québec, auprès des membres du Réseau Si tous les ports du monde, et à divers endroits de Rennes et de St-Malo, de faire la promotion de nos formations en vue d’attirer des étudiants étrangers chez nous. Ce type d’événements nous offre des occasions en or qu’il nous appartient de faire mûrir par la suite, alors je suis très heureux d’avoir pu participer à cette mission », ajoute le directeur du Centre de formation de la Côte-de-Gaspé, Claudio Bernatchez.

En plus de ses retombées économiques, touristiques et culturelles, la mission aura permis d’obtenir une visibilité majeure en Bretagne et dans l’ouest de la France, par l’apport des médias de la région, dont l’ouest de la France et le Télégramme, sans compter les médias sociaux, contribuant à mettre continuellement Gaspé à l’avant-scène.

En terminant, rappelons quelques informations techniques. La Ville de Gaspé est membre du Réseau Si tous les ports du monde depuis 2011, sous l’initiative de Claudine Roy de la TDLG. Le maire Côté a d’ailleurs assuré la présidence du Réseau en 2015-2016, après St-Malo et avant de la céder à Gênes lors de l’Assemblée générale de 2016 qui s’est tenue à Gaspé. Les Villes de St-Malo et Gaspé sont jumelées depuis 2017, après signature de l’entente sous le monument de la Croix de Jacques-Cartier à Gaspé par les maires Claude Renoult et Daniel Côté. L’entente de jumelage prévoit des actions très concrètes, qui se déploient à très bon rythme : échanges de correspondances entre les jeunes du primaire (depuis 2017), échanges de travailleurs étudiants durant la période estivale dans le cadre du programme Intermunicipalités (existant avant le jumelage), échange de vitrines touristiques (projet en branle pour 2019), maillage entre nos centres de recherches (en cours) et maillage entre nos acteurs économiques (en cours).

La Ville de Gaspé s’allie avec l’auteure et éditrice gaspésienne Marie-Ève Trudel-Vibert, afin de mettre en pratique un outil permettant d’aider le lecteur à identifier ses préférences littéraires.

« En effet, en 2017, la Ville de Gaspé lançait sa charte de pastilles de goûts littéraires, un concept innovateur élaboré en collaboration avec la Librairie Alpha. Ce dernier propose 4 couleurs de pastilles associées aux personnages, au style d’écriture, à l’atmosphère ainsi qu’au décor d’une œuvre littéraire, pour lesquelles un ensemble de 18 attraits littéraires est rattaché. À la fois ludique et sans prétention, l’outil a pour objectif de susciter la discussion et le partage sur le livre. Je félicite l’équipe des Loisirs et de la Culture et tous les artisans de cette initiative novatrice » mentionne le maire Daniel Côté.

Création de 6 capsules Web 

L’auteure et éditrice Marie-Ève Trudel-Vibert offrira dès cet automne une série de capsules Web proposant un exercice de réflexion basé sur le commentaire constructif de romans d’auteurs gaspésiens à partir de la charte de pastilles de goûts littéraires : «  Bien que la visée première de ces capsules soit de mieux faire connaître les auteurs gaspésiens et leurs œuvres, il est aussi question d’amorcer une démarche de démocratisation de la littérature afin de la rendre accessible et attrayante pour tous types de lecteurs » mentionne madame Trudel-Vibert.

Cette proposition de capsules a pour objectif de faire réfléchir le lecteur sur ce qui l’oriente dans ses choix de lecture et permet de les guider dans l’exploration d’œuvres littéraires locales en se basant sur des points de référence proposés par la charte de pastilles de goûts. Les capsules seront diffusées de façon bimensuelle du 30 septembre au 30 décembre sur la chaîne You Tube des Éditions 3 sista. Les liens pour visualiser ces capsules seront aussi accessibles sur les sites Web de la Ville de Gaspé ville.gaspe.qc.ca/pastilles-litteraires et du Réseau BIBLIO GIM : reseaubibliogim.qc.ca.

Le Réseau BIBLIO GIM, important partenaire de la démarche

Le Réseau BIBLIO accepte avec joie de se joindre à cette démarche en proposant sur son site Web une vitrine au concept de la Charte de pastilles de goûts littéraires ainsi qu’aux capsules de madame Trudel-Vibert. En plus des suggestions qui seront proposées par l’auteure et éditrice dans le cadre de ses capsules, le Réseau BIBLIO GIM ira de ses propres recommandations avec des œuvres disponibles dans l’une ou l’autre des bibliothèques municipales de la région. De plus, les lecteurs seront invités à partager leurs lectures et auront la chance de gagner l’un des cinq prix combinant cartes-cadeaux de librairies et de la SAQ. Tous les détails seront disponibles sur reseaubibliogim.qc.ca à compter du 1er octobre.

Des partenaires mobilisés pour la valorisation de la lecture

Rappelons que l’objectif visé par cette initiative amorcée en 2017 est non seulement de favoriser les activités d’initiation et de découverte en matière de lecture, mais également de permettre une discussion et un échange entre les lecteurs et avec les auteurs et les professionnels locaux. Ce projet  a vu le jour grâce au soutien financier de l’Entente de développement culturel entre la Ville de Gaspé et le ministère de la Culture et des Communications, mais aussi grâce à la participation humaine et financière des Éditions 3 sista, du Conseil de la Culture de la Gaspésie, de la Librairie Alpha et du Réseau BIBLIO GIM.

La Ville de Gaspé s’allie à l’organisme Culture pour tous afin de présenter une programmation d’activités dans le cadre de la 22e édition des Journées de la culture, qui aura lieu les 28, 29 et 30 septembre. Les Journées de la culture sont trois jours d’activités gratuites ouvertes à tous qui favorisent un plus grand accès à la population aux arts et à la culture. Ces journées permettent une incursion dans les processus de création, les savoir-faire et offrent un contact privilégié avec des artistes professionnels, des artisans, des travailleurs culturels et communautaires. Elles mettent la table pour des moments d’échanges et de discussions riches contribuant à garder la culture bien vivante sur l’ensemble du territoire.

Par conséquent, la Ville de Gaspé et ses partenaires proposent à nouveau une gamme d’activités reflétant bien la thématique 2018 de ces journées : « Les mots »; les mots qu’on dit, qu’on écrit, qu’on danse, qu’on chante ou qu’on brode. Au menu de cette 22e édition seront donc proposés : des histoires racontées, des lectures publiques, de la poésie en danse, du cinéma, de la turlute et de la transmission de coutumes anciennes.

« Soyons fiers de célébrer notre culture sous toutes ses formes. Une nouvelle fois, la Ville de Gaspé et ses organismes partenaires se sont donné le mot pour concocter une programmation variée qui permettra à la population partout sur le territoire de Gaspé de découvrir des talents et des produits locaux. J’invite la population à participer en grand nombre à ces activités » mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Les citoyens peuvent consulter la programmation complète des activités sur le site Web de la Ville de Gaspé au ville.gaspe.qc.ca/journeesdelaculture.

À propos de Culture pour tous

Les Journées de la culture sont orchestrées par Culture pour tous, organisme qui s’est donné pour mission de contribuer à faire reconnaître les arts et la culture comme dimensions essentielles du développement individuel et collectif en favorisant la participation des citoyens à la vie culturelle. Depuis 22 ans, cet OBNL multiplie les manières et les occasions de faire rayonner la culture dans toutes les sphères d’activités, du milieu scolaire au milieu du travail.

À l’occasion de la campagne électorale, la Ville de Gaspé désire faire connaître ses attentes aux candidats locaux et au prochain gouvernement qui sera élu au scrutin d’octobre. Démographie, logement, transport, diversification des revenus municipaux ainsi que le développement économique figurent à la liste des priorités de la municipalité.

« La présente campagne électorale est importante pour le milieu municipal. Plusieurs enjeux cruciaux seront à l’ordre du jour du prochain gouvernement pour aider les municipalités à assumer les nombreuses responsabilités qui leur incombent. C’est aussi le prochain gouvernement avec lequel nous négocierons le prochain pacte fiscal. Nous tenons à ce que le prochain gouvernement agisse en partenaire et respecte l’autonomie municipale comme principe de base à la relation Québec-municipalités. C’est dans cet esprit que nous tenions à faire connaître nos priorités aux candidats et candidates qui se présentent dans la circonscription de Gaspé » mentionne le maire, Daniel Côté.

La Ville de Gaspé, à l’instar de l’Union des municipalités du Québec, réclame une diversification des revenus municipaux. D’abord, le gouvernement doit payer 100% des en-lieu de taxes, alors que présentement, il en paie entre 66% et 80%, alors que la Ville lui offre 100% des services. Elle aimerait également un remboursement de 100% de la TVQ qu’elle paie (actuellement 50%) ainsi que le transfert d’un point de TVQ au monde municipal. Ensemble, ces mesures représenterait plus de 680 000$ directement dans les coffres de la Ville de Gaspé chaque année.

« Le régime de taxe foncière a atteint ses limites pour le monde municipal. Il faut que le prochain gouvernement puisse travailler avec les municipalités pour trouver des alternatives à ce mode de taxation et des nouveaux fonds pour les villes. Ces nouveaux revenus pour la Ville de Gaspé permettraient de soulager les contribuables tout en assurant le déploiement d’un panier de services toujours plus intéressant » mentionne le maire de Gaspé.

Outre la diversification des revenus municipaux, la Ville de Gaspé demande à ce que le gouvernement appuie ses priorités dans le cadre du prochain mandat. Les transports, la démographie, le logement, les projets d’infrastructures et le soutien aux secteurs économiques moteurs de la municipalité sont requis.

« Gaspé vit une importante pénurie de main-d’œuvre. Il faut que le gouvernement appuie les démarches régionales et locales visant à attirer de nouvelles familles sur notre territoire. Il faut aussi obtenir des services de transport du 21e siècle. À ce chapitre, nous espérons des engagements clairs et fermes pour appuyer notre projet d’amélioration de l’aéroport Michel-Pouliot, pour soutenir l’avènement de concurrence dans le transport aérien, pour garantir le retour du train à Gaspé de façon complète et rapide, et pour investir dans le déploiement de la zone industrialo-portuaire de Gaspé, qui inclut nos parcs industriels de Rivière-au-Renard, Sandy Beach et les Augustines » détaille Daniel Côté.

« Nos créneaux d’excellence que sont le tourisme, les pêches et l’éolien ont besoin d’un meilleur soutien. Il faudra trouver des façons créatives de les aider pour diversifier notre économie : tourisme hivernal, croisières, nouvelles réalités dans les pêches avec le retour du poisson de fond, éolien communautaire, repowering éolien, etc. Il en va de même de nos services publics gouvernementaux, comme les secteurs de la santé et de l’éducation. Nous souhaitons également que le gouvernement décentralise sa fonction publique vers les régions, et que les emplois publics en région soient maintenus, voire augmentés. Ce sont des conditions de base à l’occupation et la vitalité de nos régions » continue le maire Côté.

La Ville de Gaspé transmettra l’ensemble de ses revendications (en annexe au présent communiqué) à chacun des candidats qui se présentent dans la circonscription de Gaspé. Le maire demeure ouvert à rencontrer chaque candidat au nom du Conseil municipal pour échanger sur ces enjeux.

Annexe : Liste des dossiers prioritaires identifiés par la Ville de Gaspé

  • Démographie et logement
    • En surplus de ce que nous faisons avec le programme FARR, mieux soutenir la Stratégie Vivre en Gaspésie et les initiatives locales d’attraction des familles et de la main-d’œuvre;
    • Régionaliser l’immigration et avoir un bureau du ministère de l’Immigration à Gaspé (86% des immigrants s’installent à Montréal alors que 55% des emplois disponibles sont à l’extérieur de Montréal…);
    • Bonifier le programme Accès-logis (pour les logements sociaux) en y reconnaissant les spécificités régionales (en région : coûts de construction plus élevés / prix du loyer plus bas);
    • Établir un programme de soutien aux logements privés en région (en région : coûts de construction plus élevés / prix du loyer plus bas);
    • Établir des incitatifs pour la construction de maisons par les jeunes familles (à l’instar de ce que fait la Ville de Gaspé en remboursant les droits de mutations pour les jeunes diplômés).
  • Transport
    • Confirmer rapidement les investissements requis à l’aéroport de Gaspé dans le cadre du nouveau programme d’infrastructures aéroportuaires (allongement de la piste + aérogare et infrastructures connexes);
    • Implanter un programme pour susciter de la concurrence dans le transport aérien afin de favoriser une baisse du prix des billets d’avion (suivant le reste du Canada, le prix du billet pourrait être réduit de moitié avec l’avènement de concurrents);
    • Poursuivre le déploiement de la Zone industrialo-portuaire (ZIP), incluant les parcs industriels de Rivière-au-Renard, Sandy Beach et des Augustines;
    • Compléter les investissements sur le chemin de fer jusqu’à Gaspé pour la marchandise et les passagers, et prioriser les investissements sur l’axe Gaspé-Percé pour remettre en circulation le train touristique;
    • Bonifier les investissements routiers dans le secteur de Gaspé et de la Côte-de-Gaspé;
    • Bonifier le soutien pour le transport collectif et interurbain.
  • Diversification des revenus municipaux
    • Si le prochain gouvernement réalise les actions ci-bas, cela représenterait plus de 680 000$ en nouveaux revenus pour la Ville de Gaspé, permettant de soulager les contribuables tout en permettant le déploiement d’un panier de services toujours plus intéressant :
    • En-lieu de taxes : si le gouvernement du Québec payait 100% de ses en-lieux de taxes : 380 000$ par année pour la Ville (actuellement, dépendamment du type d’édifice, le gouvernement paie de 66% à 80% de ses taxes municipales sur les écoles, les hôpitaux, etc. alors que la Ville lui offre 100% des services);
    • Remboursement de 100% de la TVQ payée par la Ville : excluant l’immobilisation, 300 000$ par année pour la Ville (actuellement, 50% de la TVQ est remboursée par Québec, alors que le fédéral rembourse 100% de la TPS);
    • Transfert d’un point de TVQ : aucun revenu supplémentaire, car cela remplacerait divers programmes gouvernementaux, mais ce revenu serait indexé d’environ 5% par année (tendance de l’évolution des revenus de TVQ au Québec) au lieu d’être gelé au gré des pactes fiscaux.
  • Bonification des programmes en infrastructures municipales
    • Eau potable et eaux usées;
    • Loisirs, sport et culture (notamment pour le futur aréna de Gaspé) où, trop souvent, l’aide gouvernementale est plafonnée à seulement 50%.
  • Garage du MTQ au centre-ville :
    • Relocaliser rapidement le garage du MTQ dans le parc industriel des Augustines.
  • Meilleur soutien à nos secteurs économiques :
    • Tourisme (développement des niches, ex. : tourisme hivernal, croisières, etc.);
    • Pêches (conversion vers le sébaste, 2e-3e transformations, etc.);
    • Éolien (volet communautaire, repowering à venir dès 2020, etc.);
    • Services publics (santé, éducation, etc.).

 

Comme il s’y était engagé l’année dernière, le conseil municipal de la Ville de Gaspé lance aujourd’hui une consultation publique sur la révision du règlement sur les chiens et les chats. Un comité de travail s’est penché sur les principales problématiques touchant la gestion des chiens et des chats sur le territoire et avant d’aller vers des propositions formelles, le conseil voulait sonder l’opinion des citoyens et citoyennes de la Ville de Gaspé.

« Nous avons vu partout au Québec des débats sur les meilleures façons de gérer la question des chiens et des chats sur le territoire d’une municipalité. C’est un enjeu plus complexe que nous pouvons le penser et c’était notre volonté que tous les citoyens, propriétaires ou non d’animaux de compagnie, puissent donner leur opinion sur les divers enjeux touchant cette question complexe » mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

La consultation se fera sous forme de sondage en ligne et est accessible dès maintenant au https://ville.gaspe.qc.ca/consultation. Le sondage sera ouvert durant 1 mois, soit jusqu’au 28 septembre, afin de laisser le temps à tous de le remplir. Il touche la question de la gestion des animaux errants, des parcs à chiens, de la stérilisation et du micropuçage, de la possibilité de bannir ou non des types ou races de chiens, ainsi que de l’interdiction des chiens dans les espaces publics de la municipalité.

« Nous avons voulu toucher un grand nombre de questions et d’enjeux possibles et nous voulions également montrer à la population que les choix qui seront faits dans le cadre de cette révision auront des coûts pour les contribuables. Nous avons donc estimé le coût de chaque mesure et les citoyens pourront voir en remplissant le formulaire quel sera le coût total approximatif des choix effectués. Si nous révisons ce règlement, il faudra par la suite qu’il soit appliqué par l’administration municipale. Pour le conseil, il sera important de prendre les meilleures décisions possibles pour assurer une gestion efficace des animaux à un coût raisonnable pour les contribuables, et c’est en ce sens que l’opinion des citoyens est importante pour nous » rappelle le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Le comité de travail sur la révision du règlement sur les chiens et les chats est composé de vétérinaires et d’entreprises oeuvrant dans le domaine animalier ainsi que des membres de l’administration municipale.