MAIRIE ET DIRECTION GÉNÉRALE

Contactez cette direction

418-368-2104, poste 8503

Communiqués de presse

La Ville de Gaspé annonce qu’elle retirera les blocs de béton qui avaient été mis en place aux plages de Douglastown, Haldimand et Boom Defense pour l’été 2016. Suite à des plaintes de plusieurs citoyens qui voulaient garder un accès pour leurs activités de pêche ou autres et suite à des discussions au sein du conseil municipal, la Ville de Gaspé a pris la décision de retirer les blocs pour l’été 2016, et de rediscuter de cette problématique à l’automne afin d’en venir à une solution plus consensuelle qui permettra, si possible, de concilier les intérêts du plus grand nombre tout en préservant l’intégrité de ces lieux fragiles au niveau environnemental.

Rappelons que la Ville de Gaspé a installé la semaine dernière des blocs de béton empêchant les véhicules d’accéder aux 3 plages mentionnées ci-dessus, suite à de nombreuses plaintes citoyennes et suite à des discussions avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Après avoir retiré les blocs à Douglastown et renoncé à bloquer complètement l’accès à la plage de Haldimand pour les véhicules, la Ville de Gaspé a décidé aujourd’hui de retirer également les blocs de béton qui avaient été installés à Boom Defense.

Le conseil municipal discutera de cet enjeu prochainement et décidera de la suite des choses pour les prochains mois en prévision de l’été 2017.

La Ville de Gaspé se réjouit de faire partie du club sélect de 16 municipalités sur plus de 1 100 au Québec qui ont été désignées comme zones industrialo-portuaires. Cette désignation permettra à nos trois parcs industriels et à nos 2 principaux ports de mer du territoire de bénéficier d’un plan de développement et d’enveloppes budgétaires spéciales du gouvernement du Québec pour attirer de nouveaux investissements publics et privés.

« C’est un grand jour pour Gaspé. La proactivité de notre ville en termes de développement économique, après des mois de démarchage, porte ses fruits et nous nous en réjouissons. La zone industrialo-portuaire, c’est non seulement un statut et une vitrine exceptionnelle qui nous démarquera au Québec et dans le monde, mais c’est aussi l’accès à des enveloppes d’un demi-milliard$ d’ici 5 ans, des enveloppes auxquelles nos industriels et nos institutions ont désormais accès à partir d’aujourd’hui. Infrastructures publiques et privées, démarrage et développement d’entreprises, logistique, transport, et j’en passe : nous avons désormais accès à ce support exceptionnel, et je vous assure que Gaspé, avec son dynamisme et sa proactivité, en profitera pleinement », affirme le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Un comité d’action stratégique

« Le gouvernement du Québec prévoit un comité local interministériel constitué des ministères québécois pertinents en plus de la MRC et de la municipalité locale où se déploie la zone industrialo-portuaire. La Ville de Gaspé veut cependant élargir le nombre de partenaires impliqués dans la démarche en créant également un comité d’action stratégique qui aura pour mandat d’épauler la municipalité dans ses démarches à l’égard de cette zone industrialo-portuaire. J’inviterai donc des acteurs locaux du développement à y siéger et à contribuer pour faire de cette zone un moteur de développement économique important pour la municipalité. Je suis confiant qu’avec les outils disponibles, nous réussirons à positionner avantageusement nos ports pour qu’ils génèrent d’importantes retombées en matière d’emplois et de création de richesse » a ajouté le maire de Gaspé.

Des projets déjà en cours

« Plusieurs projets sont déjà sur la table ou sont en train de se concrétiser. Nous aurons peut-être la chance d’être alimentés bientôt par le gaz naturel si le projet des compagnies TUGLIQ et Pétrolia se concrétise : il s’agira d’un avantage comparatif important pour notre port. De plus, nous savons que notre usine de pâles, en visant les marchés internationaux, aura besoin d’un accès au port de mer pour être compétitive. Du côté de Rivière-au-Renard, plusieurs entreprises s’activent pour faire reconnaître le pôle majeur de services aux pêcheurs maritimes que constitue le parc industriel de Rivière-au-Renard et des acteurs du milieu travaillent à nos côtés pour redynamiser ce parc. D’autres projets sont également dans nos cartons et nous travaillons activement avec les promoteurs pour les faire avancer. Gaspé est définitivement en mode développement » se réjouit le maire Côté.

Des défis à relever

« Il reste néanmoins des défis qu’il nous faut relever. Notre éloignement des marchés reste toujours un défi, ce qui fait en sorte que l’accès au chemin de fer demeure une grande priorité pour assurer un accès à tous les modes de transport nécessaire au développement d’une véritable zone industrialo-portuaire compétitive. Nous sommes confiants que la démarche qui débute aujourd’hui pourra convaincre le gouvernement du Québec du potentiel extraordinaire de Gaspé pour la création de richesse et que ce potentiel extraordinaire ne pourra être atteint de façon optimale que si le train de marchandises est accessible pour nos industriels » explique le maire Côté.

La Ville de Gaspé invitera dans les prochaines semaines des partenaires locaux afin de faire le point sur cette annonce importante qui marque le début d’une nouvelle démarche de concertation locale pour optimiser les retombées économiques de nos parcs industriels et nos ports de mer.

Après avoir salué le dernier rapport rendu public dans le cadre des Évaluations environnementales stratégiques (ÉES) du gouvernement, la Ville de Gaspé estime que le gouvernement s’est rangé aux arguments de la Ville de Gaspé et de plusieurs autres organisations en assujettissant tout futur projet d’exploitation d’hydrocarbures au processus d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement, qui mène habituellement à un BAPE. La Ville de Gaspé compte toutefois faire valoir l’importance de prévoir des retombées économiques locales, notamment par la mise en place d’une expertise locale et régionale qui pourrait se développer au sein d’un technocentre des hydrocarbures.  Enfin, la Ville de Gaspé continue d’appuyer la demande historique de l’Union des municipalités du Québec pour que les municipalités aillent plus de pouvoirs dans la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (L.A.U.) pour régir ce développement sur leur territoire, ce qui ne figure pas au projet de loi actuel, mais pourrait faire partie du processus de révision qu’a enclenché le gouvernement quant à la L.A.U.

BAPE, suivis environnementaux et acceptabilité sociale

« Le projet de loi sur les hydrocarbures nous donne enfin des outils pour espérer une meilleure acceptabilité sociale des projets : le processus de BAPE pourrait être requis pour les projets d’hydrocarbures, comme il l’est pour les projets d’énergie verte comme l’éolien. C’est en effet ce que prévoit le gouvernement dans les articles 246 à 249 du projet de loi. Il s’agit d’une demande qui fait consensus à Gaspé et que la Ville porte depuis longtemps. Nous avons donc le sentiment que nos efforts des dernières années ont porté fruit et que le gouvernement du Québec nous a écoutés et a suivi les recommandations incluses aux ÉES. D’autres points positifs sont prévus dans le projet de loi, il y a plus d’exigences quant à la fermeture des puits, ce qui est un pas en avant. Aussi, le ministre imposera la présence de comités de suivi lorsque des activités d’exploration seront entreprises, comme ce qui a été mis en place du côté de Haldimand et qui agit comme canal de communication entre l’industrie, les citoyens et les instances gouvernementales » mentionne le maire Côté.

Pouvoirs municipaux

« Contrairement aux demandes historiques de l’UMQ et à ce qui émanait des ÉES, non seulement l’article 246 de la Loi sur l’Aménagement et l’Urbanisme (L.A.U.) est maintenu, mais il est renforcé (art. 203 du projet de loi). Cet article a pour effet d’empêcher les municipalités d’utiliser leur pouvoir de zonage quand on parle d’hydrocarbures. Nous sommes d’avis que dans un esprit d’autonomie des municipalités et selon le principe de subsidiarité, les municipalités devraient avoir leur mot à dire pour tout type de développement sur leur territoire. Nous continuerons donc à appuyer cette demande du monde municipal et nous continuerons de plaider ces éléments dans le cadre du processus de révision de la L.A.U. qu’a aussi entrepris le gouvernement », ajoute le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Retombées économiques et expertise locale

« Dans le projet de loi, il semble y avoir une légère ouverture à des redevances au milieu, notamment pour prévoir ‘’l’après-pétrole’’, lorsque la ressource sera épuisée, afin de prévoir ce qu’on appelle la ‘’transition énergétique’’. Nous souhaitons que ces éléments soient précisés rapidement. Aussi, notre milieu travaille depuis plusieurs mois sur un projet de technocentre des hydrocarbures et ce projet a retenu l’attention favorable des ÉES. Nous souhaitons que le gouvernement se positionne clairement pour favoriser le développement de l’expertise locale et régionale dans le cadre du déploiement de cette industrie en appuyant cette initiative porteuse pour notre milieu », précise le maire.

« Dans l’ensemble, la Ville de Gaspé est donc satisfaite que le gouvernement se soit rangé aux arguments de plusieurs intervenants qui souhaitaient une Loi sur les hydrocarbures qui précise et modernise le cadre légal applicable à cette industrie. Nous croyons que certains pas en avant ont enfin été réalisés. Le processus de BAPE aidera grandement à l’acceptabilité sociale des projets d’hydrocarbures. Nous continuerons cependant à réclamer plus de pouvoirs dans la Loi sur l’Aménagement et l’Urbanisme pour encadrer cette industrie au même titre que n’importe quelle autre industrie. Nous continuerons également à travailler avec le gouvernement pour s’assurer que les retombées économiques locales et régionales soient maximisées, tout comme le développement et le déploiement de l’expertise locale via un technocentre des hydrocarbures » conclut le maire de Gaspé.

Après avoir remporté il y a quelques semaines un prix majeur lors des Assises de l’Union des municipalités du Québec, la Charte des paysages de la Ville de Gaspé a remporté un autre prix d’envergure au Mérite municipal du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT). En effet, le projet a été retenu dans la catégorie Municipalité et développement durable pour les municipalités de 25 000 habitants et moins. Une reconnaissance de plus qui s’ajoute pour cette démarche unique et innovante qui saura certainement inspirer plusieurs autres municipalités du Québec.

« Ce prix, l’un des plus prestigieux offert aux municipalités du Québec, s’ajoute à celui reçu lors des Assises de l’Union des municipalités du Québec. Il témoigne de la qualité de la démarche entreprise par la municipalité pour préserver sa plus précieuse des ressources naturelles : ses paysages. Parmi les éléments qui ont fait en sorte que Gaspé se démarque encore une fois à l’échelle provinciale, notons le caractère innovant et fort participatif de la démarche, qui a impliqué les citoyens dans un concours-photos, qui a impliqué plusieurs partenaires socioéconomiques et touristiques, qui a reçu le support de sommités universitaires en architectures du paysage et qui a été appuyé par la Chaire des paysages de l’UNESCO. Le fait qu’il s’agissait de la première charte des paysages à être intégrée légalement à un plan d’urbanisme municipal est aussi exceptionnel et unique au Québec, en plus d’être exportable vers d’autres municipalités », mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

« Je tiens encore une fois à féliciter toute l’équipe municipale ayant travaillé à cette démarche ainsi que tous les partenaires qui s’y sont impliqués et la population qui a participé via les consultations publiques ou le concours photo organisé pour l’occasion », a mentionné le maire Côté.

Les prix Mérite municipal du MAMOT visent à rendre hommage aux personnes et aux organismes, ainsi qu'aux municipalités, qui ont contribué de façon exceptionnelle au mieux-être et au développement de leur communauté. Les prix ont été remis à l’Assemblée nationale lors d’une cérémonie qui s’est tenue le vendredi 3 juin 2016.

« Nous sommes extrêmement fier que notre démarche récolte tous ces honneurs. La Charte des paysages est maintenant appelée à évoluer et nous invitons la population à s’approprier cet outil qui sera fort utile pour l’aménagement de notre territoire dans le respect des paysages dont nous sommes si fiers » a conclu le maire de Gaspé, Daniel Côté.

La Ville de Gaspé et le maire Daniel Côté sont satisfaits du rapport des évaluations environnementales stratégiques sur la filière des hydrocarbures déposé par le gouvernement du Québec le 30 mai dernier. En effet, le rapport qui fait suite aux consultations publiques au sujet de la filière des hydrocarbures dresse un portrait exhaustif des enjeux liés à cette filière. Surtout, le rapport va dans le même sens que le mémoire déposé par la Ville de Gaspé au gouvernement du Québec en janvier dernier. Le maire Daniel Côté considère maintenant que le gouvernement possède tous les arguments nécessaires pour moderniser le cadre législatif et de faire suite à la demande de la Ville de Gaspé de mandater le bureau d’audience publique en Environnement avant toute autre étape significative du développement pétrolier à Haldimand.

« Nous sommes satisfaits des éléments contenus dans le volumineux rapport de l’ÉES. La Ville de Gaspé avait formulé 9 recommandations dans son mémoire et nous sommes heureux de constater que ces recommandations ont été entendues et comprises dans les constats établis par l’ÉES et plusieurs de ses recommandations » déclare le maire de Gaspé, Daniel Côté.

UN MEILLEUR ENCADREMENT LÉGAL ET UN POUVOIR ACCRU DES MUNICIPALITÉS

La Ville de Gaspé est heureuse de constater que ses demandes pour un meilleur encadrement légal et des pouvoirs accrus des municipalités ont trouvé écho auprès des autorités.

En effet, le rapport recommande que les instances locales et régionales devraient « déterminer quels sont les territoires compatibles, les affectations du sol et la réglementation qui permettent d’accueillir des projets de mise en valeur des hydrocarbures » et « de convenir […] des mesures pour l’utilisation des infrastructures municipales telles que le réseau d’eau potable, le réseau routier ou les sites d’enfouissement pour les boues de forage ». Rappelons que la Ville de Gaspé recommandait pour sa part d’octroyer des pouvoirs aux municipalités en cette matière, notamment en termes d’aménagement du territoire.

Enfin, le rapport recommande que tout projet d’exploitation soit assujetti au processus d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement, soit le processus menant à un examen du BAPE. « Cette recommandation, si elle était mise de l’avant par le gouvernement, assurerait que le projet Haldimand soit soumis au BAPE avant son éventuelle mise en exploitation, s’il y a lieu. Il s’agirait d’un gain important pour nous et nous demandons au gouvernement d’aller de l’avant avec cette recommandation », ajoute le maire de Gaspé.

DE MEILLEURES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES

La Ville de Gaspé se réjouit également que le rapport identifie la nécessité de maximiser pour les communautés locales les retombées d’une éventuelle exploitation des hydrocarbures. Le document cite en exemple l’initiative de plusieurs partenaires et de la Ville de Gaspé de mettre en place un technocentre des hydrocarbures. Il fait également la recommandation d’appuyer le développement d’une expertise locale et nous croyons que ce modèle du technocentre des hydrocarbures devrait être privilégié, puisque le technocentre éolien a démontré le succès d’une telle organisation dans une région comme la nôtre.

« Le rapport prend en compte le besoin des communautés locales de bénéficier de plus grandes retombées économiques lorsque se développe une industrie comme celle des hydrocarbures qui, par définition, ne sera là que pour un temps donné. L’importance d’utiliser ces retombées soit par un transfert direct aux municipalités ou d’un fonds de développement et de diversification économique régionale pour diversifier l’économie du milieu et afin d’assurer une équité intergénérationnelle est également citée dans le rapport. Nous sommes donc très satisfaits à cet égard puisque, c’est exactement l’une de nos recommandations » mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

« Nous saluons le travail effectué par les experts dans cette ÉES. Nous demandons au gouvernement de mettre en place les recommandations du rapport et nous offrons notre entière collaboration pour la réalisation de cet important chantier pour la province. Nous réitérons également l’importance de tenir un BAPE sur le projet Haldimand avant toute autre étape importante dans le projet » a conclu le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Gaspé, le 31 mai 2016 – La Ville de Gaspé et le Réseau international Si tous les ports du monde sont heureux d’annoncer la programmation entourant l’assemblée générale annuelle du réseau qui se déroulera à Gaspé en juillet 2016. En tout, ce sont près d’une cinquantaine de délégués provenant de 8 pays sur 4 continents qui seront réunis entre le 3 juillet et le 7 juillet 2016 pour découvrir notre ville et ses multiples potentiels en plus de créer des maillages avec nos entreprises, nos organismes et nos élus.

« Nous sommes très heureux d’accueillir ces visiteurs dans notre ville et de pouvoir montrer à tous ces représentants d’organisations diverses notre coin de pays, ses forces et le potentiel qu’il offre pour le développement de nouvelles entreprises ou pour la création de nouveaux partenariats. Parmi les délégués, nous retrouverons des intervenants politiques, des dirigeants de grandes organisations ainsi que d’importants chefs d’entreprises. Durant cette semaine, nous accueillerons également le Réseau des villes innovantes de l’Est-du-Québec, qui regroupe des élus, directeurs et agents de développement de 11 villes et qui pourront venir échanger avec cette délégation mondiale » mentionne le président du Réseau et maire de Gaspé, monsieur Daniel Côté.

« Le Réseau international Si tous les ports du monde, dont Gaspé, fait partie depuis 2011 regroupe des villes, entreprises et organismes de plusieurs villes portuaires situées sur 4 continents. C’est donc une grande fierté que Gaspé, malgré sa petite taille relative à d’autres villes membres du réseau, puisse recevoir à son tour l’assemblée générale annuelle de ce réseau. Nous avons concocté une programmation variée qui pourra faire découvrir les plaisirs de notre pays gaspésien et le potentiel économique que notre ville possède. C’est ainsi que nos entreprises touristiques, notre industrie des pêches, notre industrie éolienne et nos centres d’innovation seront mis en valeur par rapport aux visiteurs qui nous parviendront de partout sur la planète » se réjouit madame Hélène Francoeur, déléguée et représentante du réseau au Canada.

Participation des entreprises, organismes et élus de la région

La Ville de Gaspé invite d’ailleurs toutes les entreprises, organismes et élus de la région qui manifestent un intérêt envers l’évènement à s’inscrire et à participer aux activités qui se dérouleront les 5 et 6 juillet. Ceux-ci pourront participer aux rencontres de réseautages et aux visites de nos pôles maritime et éolien en s’inscrivant auprès d’Hélène Francoeur, au 418-368-9745.

Origine du Réseau
Si Tous les Ports du Monde est né de l’histoire maritime et commerciale de la région malouine, s’appuyant sur les échanges internationaux depuis le 16e siècle. Les deux objectifs principaux du Réseau sont : faciliter les contacts entre ses membres et la valorisation de leurs actions, et la promotion des Jeunes Talents issus des régions maritimes membres.

Lors des Assises annuelles de l’Union des Municipalités du Québec, la Ville de Gaspé s’est démarquée en étant lauréate du Mérite Ovation municipale dans la catégorie Aménagement, Urbanisme et Développement durable. Après avoir été retenue comme finaliste, la Charte des paysages de Gaspé remporte ainsi la 1re place de ce concours national, le plus prestigieux du domaine municipal, devant les villes de Montréal (2 projets), Laval, Drummondville, Victoriaville et Thetford Mines.

« C’est avec un immense sentiment de fierté locale et régionale que nous avons reçu ce prestigieux prix, qui illustre à quel point, malgré nos ressources et nos moyens limités, nous sommes capables d’innover et de nous démarquer dans le milieu municipal québécois. Cet honneur nous donne une belle tape dans le dos et renforce notre fierté envers notre milieu et notre capacité d’innover et de réaliser d’énormes réussites. Par analogie dans le milieu municipal, c’est comme si on venait de remporter un Félix ou un Olivier, alors on est vraiment emballés par cette belle reconnaissance décernée par un jury composé de plusieurs experts du milieu urbanistique et municipal ! », mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

« Notre Charte des paysages s’est démarquée de plusieurs façons. D’abord, il faut rappeler qu’il s’agit de la première charte des paysages au Québec à avoir été intégrée dans un plan d’urbanisme et à ainsi agir directement sur la réglementation municipale. Ensuite, la démarche comme telle était fortement innovante : participation citoyenne via un concours photo, implication de tous les partenaires du milieu (tourisme, culture, forêt, croisières, commerces, industries, etc.), soutien de deux sommités universitaires en architecture du paysage, appui d’une chaire de recherche de l’UNESCO, etc. Finalement, la Charte a été reconnue pour son caractère transférable vers d’autres municipalités, qui est l’un des critères de base de ce Mérite », ajoute Daniel Côté.

« Je tiens par ailleurs, au nom du conseil municipal, à remercier tous les gens qui se sont impliqués de près ou de loin à cette démarche participative, à commencer par l’équipe de l’Urbanisme de la Ville de Gaspé, mais aussi tous les citoyens ayant contribué au concours de photos, les nombreuses organisations partenaires et signataires de ce succès, ainsi que les sommités consultées dans cette réalisation. Ce fut un gros travail d’équipe, réalisé par le milieu et pour le milieu, et nous partageons ce succès avec eux », conclut le maire Côté.

Le mérite Ovation municipale récompense les municipalités qui, peu importe leur taille, leur population ou leur situation géographique, se sont distinguées de façon originale par leurs réalisations et les efforts mis en place pour innover, créer ou développer une activité, un programme ou un projet dans le but d’améliorer la qualité de vie de leurs citoyens et citoyennes. Depuis sa fondation en 1919, l’UMQ représente les municipalités de toutes tailles dans toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer, à l’échelle nationale, un leadership pour des gouvernements de proximité efficaces et autonomes et de valoriser le rôle fondamental des élues et élus municipaux. Ses membres, qui représentent plus de 80 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

Suite aux informations qui circulent sur la centralisation des tests de laboratoire des hôpitaux de la Gaspésie vers le laboratoire de Rimouski, la Ville de Gaspé demande au ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, monsieur Gaétan Barrette, de mettre un moratoire à la réforme envisagée connue sous le nom d’OptiLab et qui mettrait en péril à la fois les services rendus aux citoyens et jusqu’à 20 emplois sur le territoire de la ville de Gaspé.

« La réforme Optilab, si elle venait à être implantée, pourrait signifier la perte de plus de 20 emplois sur le territoire de la ville de Gaspé. Après des dizaines de pertes d’emplois dans la fonction publique québécoise et fédérale à Gaspé durant les dernières années, ces pertes d’emplois s’ajouteraient à une longue liste d’emplois de qualité qui ont quitté la région vers les grands centres. Plus important encore, les longues distances parcourues par les échantillons mettraient en péril la qualité des services offerts à la population et augmenteraient le délai avec lequel notre population serait servie. Cette réalité est d’autant plus vraie que le service d’autobus d’Orléans Express a été diminué de moitié l’année dernière. C’est pourquoi le conseil municipal a décidé de signifier dès maintenant son désaccord avec la réforme envisagée, avant qu’elle ne soit réalisée » a indiqué le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Rappelons que les services gouvernementaux demeurent une base économique importante pour la Ville de Gaspé et emploient plusieurs centaines de personnes sur le territoire.

« Le conseil municipal demande donc aux autorités concernées de bien évaluer le coût et l’impact sur le citoyen de cette centralisation administrative qui va à l’encontre du principe d’occupation du territoire. Chaque citoyen du Québec a droit de se voir offrir des services équivalents et les emplois publics doivent être répartis sur l’ensemble du territoire québécois » conclut le maire de Gaspé, Daniel Côté.

La Ville de Gaspé a présenté aujourd’hui le rapport financier de l’année 2015. Malgré les transferts gouvernementaux à la baisse des dernières années, le conseil municipal est heureux de constater que la santé financière de la municipalité demeure saine.

Le conseil municipal de la Ville de Gaspé a présenté son rapport financier de l’année 2015 lors de la séance régulière du conseil municipal du 2 mai 2016. Un surplus net d’un peu moins de 600 000$ a été enregistré pour l’année 2015 sur un budget de fonctionnement de 23,26 M$.

Le surplus brut se chiffre à 1,18M$, auquel il faut retrancher 600 000$ qui ont dû être affectés afin d’équilibrer le budget 2016 de la Ville. Plusieurs facteurs ont contribué à cette situation, notamment des frais d’intérêt moindres que prévus pour le refinancement de notre dette, l’apport financier provenant du paiement des taxes par le gouvernement fédéral pour le parc Forillon et des dépenses moindres en ce qui a trait au déneigement et pour divers frais administratifs généraux.

« Notre gestion rigoureuse et le travail du conseil et de l’équipe municipale ont permis à la Ville de Gaspé de présenter à ses citoyens une situation financière saine qui nous permet d’entrevoir l’avenir avec optimisme. Malgré un contexte difficile et de nombreuses pertes d’emplois liées aux décisions gouvernementales des paliers supérieurs, certains signes encourageants nous permettent de croire que notre économie fait preuve de résilience. Le marché de la construction et de la rénovation s’est notamment bien porté en 2015 », explique le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Les consultations prébudgétaires tenues à l’automne dernier nous ont permis de recueillir l’opinion des citoyens et citoyennes de la ville de Gaspé sur leurs priorités en terme d’investissements et de services rendus. Les données recueillies nous permettent d’aligner nos choix et de connaître les attentes des citoyens envers notre municipalité. Nous voulons par ailleurs répéter l’exercice cette année.

« La Ville de Gaspé a fait des investissements importants dans les dernières années dans ses infrastructures municipales et continue d’investir afin d’offrir à ses citoyens des services de qualité. Cette année, plusieurs bâtiments de loisir et communautaires seront rénovés ou reconstruits, notamment à L'Anse-au-Griffon, à Haldimand et à St-Majorique. Nous comptons également aller de l’avant avec un parc de planches à roulettes prochainement. Il ne faut pas oublier que la Ville de Gaspé compte réaliser dans les prochaines années la mise aux normes de nos réseaux d’aqueduc et d’égout, ce qui représente des projets de plusieurs millions de dollars. Nous sommes toujours déterminés à aller de l’avant avec le projet de mise en valeur touristique de notre capitale des pêches maritimes du Québec, Rivière-au-Renard », note le maire Côté.

« Malgré une situation financière saine et une bonne gestion des fonds publics, la Ville de Gaspé doit tout de même faire preuve de prudence. Le contexte budgétaire provincial nous amène à être très prudents dans nos choix d’investissements. Les pertes d’emplois des dernières années dans la fonction publique à Gaspé, autant fédéral que provincial, et le climat d’incertitude entourant la filière éolienne requièrent inévitablement une baisse d’activité économique qui se fait sentir ces dernières années. » a conclu le maire Côté.

Gaspé, le 28 avril 2016 – La Régie intermunicipale de traitement des matières résiduelles de la Gaspésie et la Ville de Gaspé ont dévoilé aujourd’hui le résultat des traitements de lixiviat effectués au lieu d’enfouissement technique de Gaspé. En effet, dans l’optique d’agir avec la plus grande transparence qui soit dans ce dossier, c’est pour une 2e année consécutive que la Ville de Gaspé et la RITMRG font un suivi des résultats obtenus. C’est également un engagement que nous avions pris avec nos partenaires du Comité de vigilance du LET de Gaspé. La Ville de Gaspé vise à être un exemple en ce qui a trait à la gestion et au traitement du lixiviat à son lieu d’enfouissement technique.

Traitement du lixiviat en 2015

Rappelons qu’en 2015, un bilan de l’année 2014 avait été effectué où nous avions mis en lumières certains défis quant au rodage du nouveau système de traitement mis en place en 2013 au coût de 3,6 M$. Avec le support de professionnels externes, l’année 2015 nous a permis d’encore mieux comprendre le système et d’améliorer notre bilan autant au niveau des normes obligatoires exigées par le ministère de l’Environnement qu’au niveau des objectifs environnementaux de rejets vers lesquels nous devons tendre, mais qui ne constituent pas des normes légales à atteindre.

« Je suis très fier des efforts déployés par notre équipe qui travaille d’arrache-pied afin de toujours améliorer nos résultats et notre bilan du traitement de lixiviat au lieu d’enfouissement technique. Nos investissements rapportent et nous sommes toujours dans une optique d’amélioration du processus de traitement. Nous sommes conscients des défis qui se présentent et nous pouvons dire que notre LET est l’un des plus performants au Québec. Le fait que nous devons rejeter le lixiviat dans une rivière à saumon mondialement reconnue nous conduit à avoir comme objectif d’être parmi les meilleurs et je suis content qu’année après année, nos résultats s’améliorent de façon substantielle » a mentionné le maire de Gaspé et vice-président de la RITMRG, monsieur Daniel Côté.

En 2015, plus de 24 000 m3 de lixiviat ont été traités du 6 juin au 23 octobre. Durant cette période, une seule interruption des rejets a été requise suite au dépassement d’un seul paramètre journalier et d’un seul dépassement pour nos moyennes mensuelles. Pour l’année 2014, un paramètre journalier avait été dépassé et 4 paramètres de moyennes mensuelles avaient été dépassés. Il s’agit donc d’une amélioration en 2015 comparativement à 2014, une année qui représentait déjà une amélioration en comparaison des années antérieures.

En ce qui a trait aux objectifs environnementaux de rejets (OER), qui ne sont pas des normes légales, mais des objectifs vers lesquels nous devons tendre, nous avons rencontré la quasi-totalité des objectifs donnés. Il nous reste cependant un défi en ce qui a trait au nitrite et au nitrate qui dépassent périodiquement ces objectifs vers lesquels nous devons tendre. Nous avons mandaté une équipe de professionnels qui nous accompagnent pour l’atteinte de l’ensemble des objectifs environnementaux de rejets qui, rappelons-le, ne sont pas des normes légales.

Suivi effectué en rivière

Pour l’année 2015, la Ville de Gaspé a continué d’effectuer des suivis en rivière en amont et en aval de la zone où se jette le lixiviat traité au LET afin de mesurer les impacts de nos rejets sur la qualité de l’eau de la rivière. Pour une deuxième année consécutive, nos échantillons ont montré tout au long de la saison que l’eau de la rivière York rencontrait les standards pour la baignade, témoignant de la qualité exceptionnelle de l’eau de la rivière, malgré la présence du LET.

« Nous sommes fiers des résultats obtenus et nous travaillons sans cesse à l’amélioration de nos processus. Nous profitons de cette occasion pour inviter les nombreux passionnés de la pêche au saumon à venir nous visiter cette année pour profiter d’une expérience de calibre mondiale sur nos rivières à saumon, dont la rivière York » a conclu le maire de Gaspé, Daniel Côté.