COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Dernières nouvelles

BUDGETS FÉDÉRAL ET PROVINCIAL : LES MUNICIPALITÉS ET LES RÉGIONS DOIVENT ÊTRE AU CŒUR DES ENGAGEMENTS BUDGÉTAIRES

La Ville de Gaspé dévoile aujourd’hui ses souhaits et ses attentes envers les budgets fédéral et provincial dont les publications sont prévues respectivement le mardi 19 mars et jeudi 21 mars prochains. Alors que les défis et les responsabilités municipales vont toujours en augmentant, il faut que les autres ordres de gouvernement se penchent sérieusement sur le financement municipal et répondent présents pour les régions du Québec.

Fiscalité municipale

Le maire souhaite que les régions du Québec et les municipalités soient au centre des priorités gouvernementales : « Les villes font face à des responsabilités de plus en plus importantes, sans pour autant recevoir leur juste part de l’assiette fiscale. Elles sont en première ligne des changements majeurs de notre époque : les changements climatiques, l’évolution du tissu commercial, la transformation numérique de notre société en sont quelques exemples. Or, le cadre fiscal dans lequel évoluent les villes n’est plus adapté et n’aide pas à ce que les villes remplissent adéquatement leur rôle, à la hauteur des attentes des citoyens et des citoyennes. C’est encore plus vrai dans les régions et les petites collectivités qui ont une assiette fiscale fort restreinte. Le gouvernement du Québec doit envoyer un signal clair aux municipalités qu’il compte respecter son engagement de réformer la fiscalité municipale, en y incluant entre autres le transfert d’un point de pourcentage de la TVQ aux municipalités et le plein paiement de ses en-lieux de taxes municipales. Le gouvernement fédéral doit également faire sa part en finançant sa juste part des projets d’infrastructures locales en partenariat avec les municipalités et le gouvernement du Québec ».

Transports

Les infrastructures de transport sont toujours une priorité en ce qui a trait au développement global de la Gaspésie et des régions du Québec. « Nous nous attendons à ce que le gouvernement provincial continue d’appuyer la rénovation d’infrastructures aéroportuaires et confirme la reconduction du programme de réduction des tarifs aériens. Nous sommes également confiants de voir se poursuivre la réfection du chemin de fer jusqu’à Gaspé, toujours d’ici 2022. Nous aimerions que le gouvernement fédéral confirme rapidement les sommes consenties au gouvernement du Québec pour la réfection des ports qui seront transférés au Québec, dont celui de Sandy-Beach à Gaspé, infrastructure névralgique pour notre développement. Il doit être au rendez-vous pour poursuivre les investissements sur les ports de pêche, comme celui de l’Anse-à-Valleau, et continuer de répondre aux besoins des pêcheurs du principal port de pêche de la Gaspésie, Rivière-au-Renard. Il doit aussi poursuivre ses investissements dans le secteur touristique comme le parc Forillon ou le projet de revitalisation de Rivière-au-Renard, capitale des pêches, aller de l’avant avec la réfection de ses propres installations comme le phare de Cap-des-Rosiers et suivre l’exemple du gouvernement du Québec en facilitant l’accès au transport aérien comme vecteur de développement socioéconomique », ajoute le maire Daniel Côté.

Développement économique

« Le développement économique de la ville de Gaspé est présentement florissant : nous sommes pratiquement en plein-emploi. Pour continuer de grandir, nous devons attirer des travailleurs et des familles. Pour attirer ces gens, nous devons faciliter la construction de logements. Or, les coûts de construction sont plus élevés en région que dans les grands centres. Paradoxalement, les villes des régions ne peuvent intervenir fiscalement pour aider le secteur privé à combler les besoins de logements, contrairement à certaines grandes villes. Nous espérons que le gouvernement du Québec mette en place des mesures fiscales précises pour la construction de logements locatifs en région ou permette aux villes le désirant d’aider convenablement le secteur privé pour combler les besoins en logements, qui sont urgents à Gaspé en ce moment. Du côté fédéral, nous faisons écho au consensus des préfets de la région et souhaitons que les citoyens de la Gaspésie aient droit, comme d’autres régions excentrées, au crédit d’impôt pour les régions éloignées; il s’agirait là d’une mesure positive pour l’attraction des familles », mentionne le maire de Gaspé.

« Au-delà de la main-d’œuvre et de la question des logements, nous voulons que les gouvernements provincial et fédéral se commettent dans des programmes spécifiques pour nos créneaux de développement : l’éolien, la pêche et le tourisme. En ce sens, nous voulons que les deux paliers de gouvernement fassent partie de la solution dans le dossier de la pêche au sébaste et de la pêche à la crevette, en concertation avec les industriels et les pêcheurs. Nous espérons également que la consultation initiée par la ministre du Tourisme, Mélanie Joly, que nous saluons particulièrement, ait des moyens financiers à la disposition des régions, pour qu’elles puissent mettre en place des projets structurants. Nous demandons également que le budget consenti à Développement Économique Canada soit bonifié, pour leur permettre d’intervenir de façon encore plus grande dans nos projets, tels que celui de la Capitale des pêches maritimes du Québec à Rivière-au-Renard. Enfin, le gouvernement du Québec doit travailler à écouler les prétendus surplus d’Hydro-Québec et confirme la compétitivité de l’énergie éolienne, qui est maintenant l’énergie la moins chère au Québec, en s’engageant à aller de l’avant avec le repowering qui doit débuter dans 3 ou 4 ans », plaide le maire de Gaspé, Daniel Côté.

« Nous avons le devoir de travailler ensemble, les 3 ordres de gouvernements, en ayant à cœur d’abord et avant tout nos citoyens et citoyennes. Les villes, en tant que gouvernement de proximité, sont les mieux placées pour répondre concrètement aux besoins de la population. Les gouvernements provincial et fédéral doivent leur donner les moyens d’agir et répondent présents pour les régions du Québec », conclut Daniel Côté.