fbpx
Français English

REMPLACEMENT DE L’ARÉNA DE GASPÉ : UN REFUS DE SUBVENTION, MAIS UN PROJET TOUJOURS VIVANT!

La Ville de Gaspé informe la population qu’elle a reçu une réponse négative à sa demande d’aide financière du programme PAFIRS, dans lequel elle espérait recevoir une aide financière de 67% pour réaliser son projet de complexe sportif qui serait venu remplacer le Centre récréatif Luc-Germain, qui est rendu en fin de vie.

 « Nous savions que l’enveloppe de 294 millions$ du PAFIRS était insuffisante pour combler les quelque 1,5 milliard$ en projets déposés partout au Québec. Mathématiquement, nous avions une chance sur six de recevoir l’aide… mais nous avions bon espoir de nous qualifier puisque nous avions respecté intégralement les critères du programme, nous avions eu un processus consultatif extrêmement rigoureux, nous avions une proximité avec le milieu scolaire, la participation financière du secteur privé, des appuis colossaux de toutes parts… qui étaient autant de critères pour faciliter l’acceptation du projet. Après que nos équipes aient consacré autant d’efforts et d’énergies sur ce projet, nous sommes vraiment déçus d’essuyer un refus de financement de la part des gouvernements », mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

« Nous ne lançons pas la serviette pour autant. L’aréna est en fin de vie et son système de réfrigération au gaz R-22 ne sera bientôt plus conforme. Il est donc absolument nécessaire d’en bâtir un neuf; c’est un besoin criant pour notre population, qui mérite une infrastructure de qualité. Dès le retour des Fêtes, on va retourner à la table à dessin pour revoir le projet et les échéanciers », ajoute le maire.

« D’ici là, nous interpellons les gouvernements du Québec et du Canada pour qu’ils renflouent l’enveloppe du PAFIRS. Les gouvernements mettent des milliards de dollars en infrastructures pour relancer l’économie après la pandémie. Le PAFIRS est un bon programme, répondant aux attentes des municipalités et de la population, mais dont l’enveloppe était trop restreinte pour combler tous les besoins. Remettons de l’argent dans l’enveloppe, redéployons un appel de projets, et on pourra ainsi mieux contribuer à la relance économique, tout en répondant aux besoins de nos populations! », lance le maire.

« Si les gouvernements refusent de remettre de l’argent dans le PAFIRS, nous n’aurons d’autre choix que de réviser notre projet à la baisse et de rebâtir un simple aréna, afin de respecter la capacité de payer des contribuables locaux. On aimerait bonifier l’offre de services pour améliorer l’attractivité du territoire et nos services à la population, mais la réponse sera entre les mains des gouvernements », conclut Daniel Côté.