fbpx
Français English
Communiqués de presse

Communiqués de presse (140)

Le conseil municipal de la Ville de Gaspé a officiellement adopté un budget 2021 sous le signe de la continuité, malgré les incertitudes liées à la situation sanitaire mondiale. Ainsi, le budget municipal s’élèvera à 27,9 M$, en légère baisse comparativement au budget 2020 (-0,12 %). Avec le nouveau rôle d’évaluation 2021-2022-2023 qui prévoit une augmentation moyenne de 2,2% de la valeur des propriétés, le conseil municipal a voulu donner un répit aux citoyen.ne.s et a donc procédé à une baisse du taux de taxe qui s’établira à 0,90$ du 100$ d’évaluation au lieu du 0,92$ pour l’année 2020 (-2,2%), en plus de procéder à un gel complet de tous les tarifs (aqueduc, égouts, matières résiduelles et boues de fosses septiques). Le déficit de l’aéroport pour les années 2020 et 2021 (1,8M$) sera absorbé temporairement par le surplus accumulé de la municipalité en attente des aides gouvernementales promises pour les aéroports régionaux.

« Le conseil municipal voulait absolument limiter les impacts sur le compte de taxes des citoyens avec la situation sanitaire qui prévaut actuellement et qui a causé bien des maux de tête financiers à plusieurs personnes. Malgré les enjeux municipaux liés à la COVID-19 et malgré le déficit d’opération de l’aéroport, nous sommes heureux de pouvoir baisser le taux de taxe, qui demeure l’un des plus faibles en Gaspésie malgré un panier de services enviable. Avec ce budget et le nouveau rôle d’évaluation, ce sont 55 % des unités au rôle qui verront leur compte de taxes baisser » mentionne le maire, Daniel Côté.

Au final, la moyenne des comptes de taxes des citoyens du Grand Gaspé augmentera de seulement 0,9%. Puisque la valeur de chaque propriété varie avec l’entrée en vigueur du nouveau rôle d’évaluation, la hausse de 0,9% n’est qu’une moyenne générale. Par contre, la diminution du taux de taxes de 2,2% est applicable à tous, tout comme le gel de tous les services tarifés.

« Il n’était pas question que les citoyen.ne.s de Gaspé soient les seuls à défrayer les frais d’un service essentiel comme l’aéroport, alors qu’on a dû le garder en opération au cœur de la pandémie afin de desservir les services gouvernementaux, sans avoir les revenus liés à la présence de vols commerciaux réguliers. C’est pourquoi nous avons décidé d’affecter une partie considérable de nos surplus (1,8M$) pour éponger temporairement ce déficit, sans le taxer, en attendant les programmes d’aide promis par les gouvernements provincial et fédéral » espère Daniel Côté.

UN BUDGET QUI MISE SUR LA CONTINUITÉ

« Nous avons choisi de miser sur la continuité pour cette année, en étant optimistes sur la situation économique de la municipalité. Le marché immobilier est en effervescence avec une hausse de la construction de maisons (+56) et de logements locatifs (+28) en 2020, et ce, malgré la pandémie, sans compter la quantité impressionnante de maisons vendues en cours d’année et l’ouverture de plusieurs entreprises. Nous ne prévoyons créer aucun nouveau poste dans l’administration municipale et nous avons effectué une gestion rigoureuse des dépenses dans chaque direction afin d’éponger les quelques hausses dont nous n’avons pas le contrôle (contrat d’assurance (+70,9%), quote-part à la SQ (+3,2%), matières résiduelles (+13,4%), etc. Ainsi, nous ne freinerons pas nos ardeurs, tout en épargnant au maximum les contribuables » précise monsieur Côté.

LES INVESTISSEMENTS RÉALISÉS ET À VENIR

Plusieurs projets majeurs ont été réalisés en 2020 :

  • Le centre de services des travaux publics à 5,2M$ (subventionné à 65%);
  • La reconstruction du quai de L’Anse-au-Griffon pour 2,4M$ (subventionné à 100%);
  • L’agrandissement de la piste de l’aéroport Michel-Pouliot de Gaspé pour 8,8M$ (subventionné à 85%).

« Plusieurs autres projets devraient être réalisés en 2021, dont notamment la piste cyclable de Rivière-au-Renard et le projet de revitalisation touristique de la Capitale des pêches maritimes du Québec. D’autres grands projets pourraient débuter ou avanceront significativement, comme l’approvisionnement en eau potable à L’Anse-au-Griffon et le projet de route entre le port, le rail et le Parc industriel des Augustines. Malheureusement, nous n’avons pas eu l’appui des gouvernements pour notre projet de complexe multisports, initialement planifié pour 2022. Dès le début 2021, nous ferons le point sur ce dossier et élaborerons une stratégie pour que l’aréna de Gaspé, complètement désuet, soit tout de même remplacé. Enfin, les dossiers de la mise aux normes de l’approvisionnement en eau potable et du traitement des eaux usées à Rivière-au-Renard chemineront également.

LES DÉFIS LIÉS AUX MATIÈRES RÉSIDUELLES ET À L’AÉROPORT

« Le budget 2021 est l’occasion de rappeler deux défis que nous aurons à surmonter collectivement. Le premier est la situation à l’aéroport Michel-Pouliot de Gaspé. Premièrement, je m’assurerai que les gouvernements respectent leurs promesses et nous viennent en aide pour éponger le déficit d’opération de l’aéroport, lié spécifiquement à la pandémie, l’aéroport étant rentable en temps normal. Deuxièmement, il faudra que le groupe d’intervention pour le transport aérien régional du gouvernement du Québec apporte des solutions à long terme pour une meilleure desserte régionale plus accessible à la population. Si ces deux éléments sont réunis, nous sommes confiants que notre aéroport pourra jouer son rôle de moteur économique et de véritable transport collectif interrégional accessible pour la population. D’ailleurs, depuis l’ouverture de la nouvelle piste, nous avons déjà vu le taux d’annulation baisser drastiquement : il est passé de 10% avant la réfection de la piste avec Air Canada à moins de 1% depuis l’arrivée de Pascan et l’allongement de la piste de 1 000 pieds. Notons également que l’avion-hôpital de type Challenger a atterri 50% plus souvent depuis l’allongement de la piste » mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

« Le deuxième défi qui nous interpelle collectivement est la gestion des matières résiduelles. Nous avons le devoir de nous améliorer. Non seulement pour l’environnement, qui est une raison suffisante en soi, mais également en raison des importantes économies qui pourraient être réalisées. Chaque citoyen doit faire sa part. Pour le moment, nous n’atteignons pas, collectivement, les objectifs que nous nous sommes fixés : nous dépassons de 15 % la cible fixée pour la quantité de déchets générés par habitant, nous ne recyclons que 54 % des matières recyclables et nous ne compostons que 20 % des matières compostables. Si nous ne changeons pas de cap, le tarif de 230$ par contribuable, que nous avons choisi de geler cette année, ne pourra être maintenu. J’en appelle donc aux citoyen.ne.s pour qu’on fasse, collectivement, un effort supplémentaire dans notre tri. Si nous réussissons, ce sont d’importantes sommes que nous économiserons dans les années à venir et nous éviterons des hausses de tarifs dans les prochaines années. La Régie intermunicipale de traitement des matières résiduelles de la Gaspésie lancera d’ailleurs une importante campagne de sensibilisation à cet effet » conclut le maire de Gaspé.

La Ville de Gaspé informe la population qu’elle a reçu une réponse négative à sa demande d’aide financière du programme PAFIRS, dans lequel elle espérait recevoir une aide financière de 67% pour réaliser son projet de complexe sportif qui serait venu remplacer le Centre récréatif Luc-Germain, qui est rendu en fin de vie.

 « Nous savions que l’enveloppe de 294 millions$ du PAFIRS était insuffisante pour combler les quelque 1,5 milliard$ en projets déposés partout au Québec. Mathématiquement, nous avions une chance sur six de recevoir l’aide… mais nous avions bon espoir de nous qualifier puisque nous avions respecté intégralement les critères du programme, nous avions eu un processus consultatif extrêmement rigoureux, nous avions une proximité avec le milieu scolaire, la participation financière du secteur privé, des appuis colossaux de toutes parts… qui étaient autant de critères pour faciliter l’acceptation du projet. Après que nos équipes aient consacré autant d’efforts et d’énergies sur ce projet, nous sommes vraiment déçus d’essuyer un refus de financement de la part des gouvernements », mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

« Nous ne lançons pas la serviette pour autant. L’aréna est en fin de vie et son système de réfrigération au gaz R-22 ne sera bientôt plus conforme. Il est donc absolument nécessaire d’en bâtir un neuf; c’est un besoin criant pour notre population, qui mérite une infrastructure de qualité. Dès le retour des Fêtes, on va retourner à la table à dessin pour revoir le projet et les échéanciers », ajoute le maire.

« D’ici là, nous interpellons les gouvernements du Québec et du Canada pour qu’ils renflouent l’enveloppe du PAFIRS. Les gouvernements mettent des milliards de dollars en infrastructures pour relancer l’économie après la pandémie. Le PAFIRS est un bon programme, répondant aux attentes des municipalités et de la population, mais dont l’enveloppe était trop restreinte pour combler tous les besoins. Remettons de l’argent dans l’enveloppe, redéployons un appel de projets, et on pourra ainsi mieux contribuer à la relance économique, tout en répondant aux besoins de nos populations! », lance le maire.

« Si les gouvernements refusent de remettre de l’argent dans le PAFIRS, nous n’aurons d’autre choix que de réviser notre projet à la baisse et de rebâtir un simple aréna, afin de respecter la capacité de payer des contribuables locaux. On aimerait bonifier l’offre de services pour améliorer l’attractivité du territoire et nos services à la population, mais la réponse sera entre les mains des gouvernements », conclut Daniel Côté.

La Ville de Gaspé, le Centre d’Action bénévole le Hauban et différents partenaires s’unissent afin de célébrer l’apport des bénévoles dans la vie communautaire, culturelle, sociale et sportive du territoire. À l’occasion de la Journée internationale des bénévoles, la Ville de Gaspé invite la population à visionner l’émission « Gala reconnaissance sur la route » qui sera diffusée le jeudi 10 décembre 2020 à 19h en direct sur les ondes et la page Youtube de Télé-Gaspé ainsi que sur les pages Facebook de Télé-Gaspé, de la Ville de Gaspé et du Centre d’action bénévole le Hauban. Cette émission sera l’occasion pour la population de découvrir plusieurs bénévoles qui s’impliquent sans compter les heures et ce, dans tous les domaines et dans tous les quartiers.

« Avec le contexte actuel, et malgré le fait que nous ayons dû annuler notre traditionnelle Soirée reconnaissance des bénévoles, il était important pour nous de trouver une façon de remercier nos bénévoles différemment. Notre équipe des Loisirs et de la Culture, avec le Centre d’action bénévole le Hauban, ont eu l’idée de réaliser un gala sous forme d’émission de télé qui mettrait en valeur nos bénévoles, nos organismes mais également tous nos quartiers qui composent notre magnifique ville de Gaspé » mentionne le maire, Daniel Côté.

DES PRIX DÉCERNÉS

Durant 2020, la population et les organismes ont été invités à soumettre des candidatures dans 6 catégories :

  • Bénévole d’expertise;
  • Créateur de bénévoles;
  • Gestionnaire de bénévoles;
  • Bénévole d’exception – COVID-19;
  • Relève bénévole;
  • Coups de cœur – Organisme et Bénévole.

C’est lors du Gala reconnaissance sur la route que seront dévoilés les lauréat(e)s dans chacune des catégories.

« L’apport de nos centaines de bénévoles se fait sentir dans toutes les sphères de notre société. Leur importance s’est révélée particulièrement dans le contexte de crise sociale majeure comme nous connaissons depuis mars dernier avec la pandémie. Les bénévoles sont au cœur de nos activités communautaires, sociales et sportives. Sans eux, le dynamisme de notre ville ne serait assurément pas le même et la population ne disposerait pas de l’extraordinaire panier de services dont elle dispose et qui fait en sorte que notre ville ait cette qualité de vie et cette phénoménale attractivité socioéconomique! C’est pour leur dire merci que nous faisons ce Gala et que j’invite toute la population à regarder l’émission Gala reconnaissance sur la route le 10 décembre prochain à 19h! » conclut le maire de Gaspé.

Le ministère des Transports du Québec, la Ville de Gaspé et la MRC de la Côte-de-Gaspé annoncent conjointement une contribution financière de près de 1,2 M$ pour la réalisation d’une piste cyclable de 3,1 kilomètres qui partira de la rue du Banc pour aller jusqu’au secteur de la rue Bellefeuille dans la montée de Rivière-Morris, en passant par le pôle des loisirs de Rivière-au-Renard. Cette piste cyclable viendra améliorer le cadre de vie de la population de Rivière-au-Renard tout en favorisant les saines habitudes de vie et le transport actif. Ce projet est rendu possible grâce à une implication soutenue d’un groupe de bénévoles au sein de l’organisme Groupe Beau-Village.

La contribution du ministère des Transports s’élève à 582 128$ et provient du Programme d'aide financière au développement des transports actifs dans les périmètres urbains (TAPU) et découlant d’une mesure du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques. La contribution de la Ville de Gaspé s’élève à près de 535 000$ et celle de la MRC de la Côte-de-Gaspé à 50 000$. D’autres partenaires du milieu ont été ou seront sollicités dans les prochaines semaines pour compléter le montage financier du projet qui s’élève à 1,3M$.

« Nous sommes très heureux de pouvoir annoncer une contribution significative du milieu municipal via la Ville et la MRC dans ce projet porteur pour le secteur nord de notre ville. Le contexte que nous vivons actuellement nous démontre plus que jamais que de disposer d’infrastructures de plein air accessibles partout sur notre grand territoire est important pour favoriser les saines habitudes de vie et le maintien de notre santé mentale collective! Je tiens à saluer l’implication sans relâche des bénévoles du Groupe Beau-Village qui a mené ce dossier de la conception jusqu’à l’obtention des sommes requises pour la réalisation du projet. Je remercie également les employés de nos organisations qui les ont accompagnés tout au long du processus. Eh oui, Rivière-au-Renard aura sa piste cyclable! » mentionne le maire de Gaspé et préfet de la MRC de la Côte-de-Gaspé, Daniel Côté.

« Appuyer financièrement la réalisation d’une piste cyclable, c’est encourager les citoyennes et les citoyens à opter pour le transport actif et favoriser la mobilité durable. Notre gouvernement est fier de contribuer au développement de cette nouvelle infrastructure à Rivière-au-Renard. Comme passionné de vélo, je souhaite voir le réseau gagner du terrain ici et partout ailleurs au Québec, pour le plus grand plaisir des cyclistes. »

François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie

« Nous sommes très heureux comme organisme du milieu de voir enfin se réaliser ce beau projet sur lequel nous travaillons afin d’améliorer la qualité de vie de nos concitoyens et concitoyennes. Nous espérons que celui-ci sera l’amorce de la réalisation d’autres projets porteurs pour notre milieu. Les gens de Rivière-au-Renard pourront enfin compter sur une piste cyclable sécuritaire à proximité de chez eux » mentionne Gisèle O’Connor, présidente du Groupe Beau-Village.

À PROPOS DU PROJET

La piste cyclable dans le secteur de Rivière-au-Renard, d'une longueur de 3,1 km débutera sur la rue du Banc, contournera le marais pour traverser sur la rue Martin. Elle empruntera par la suite la rue des Loisirs pour se rendre jusqu’à la rue Bellefeuille. La réalisation des travaux de la piste cyclable débutera au courant de l’année 2021, alors que les autorisations environnementales ont été obtenues. L’organisme sollicitera des partenaires du milieu et d’autres programmes gouvernementaux pour compléter le financement. Il reste également un droit de passage à être obtenu avant de débuter le projet.

Plan 9a424

Pour répondre à la situation vécue sur certaines plages situées sur le territoire du Grand Gaspé cet été, la Ville annonce que le Conseil municipal a officiellement mandaté le Comité ZIP de la Gaspésie pour mener à terme des consultations publiques auprès des différents groupes d’utilisateurs et de la population en général, quant aux problématiques et aux pistes de solutions possibles pour y atténuer les conflits d’usages et assurer leur protection. Les consultations débuteront ce mois-ci auprès de différents groupes ciblés. Au début 2021, une 2e phase de consultation sera également organisée afin de valider les problématiques et les pistes de solutions envisagées. L’objectif est de se donner un plan d’action à court, moyen et long terme, et de guider les négociations à venir avec le Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MÉRN) pour une éventuelle délégation de gestion qui permettrait à la Ville et à la MRC de mieux réglementer ces territoires appartenant au gouvernement.

« Nous n’avons pas oublié l’été que nous avons vécu et les problématiques vécues sur nos plages. Il est clair que le contexte particulier de la pandémie, la diminution de l’offre de camping et un engouement pour les activités de plein air ont apporté une pression importante sur nos plages, plus particulièrement sur nos flèches de sable qui sont parmi les plus belles plages de la Gaspésie, mais également parmi les plus fragiles au plan environnemental. Le mandat octroyé au comité ZIP est de consulter les différents groupes d’utilisateurs sur les problématiques et les pistes de solutions pour les atténuer dans le futur. Les comités citoyens, les groupes d’intérêts et la population seront impliqués dans le processus et le comité ZIP a d’ailleurs déjà procédé ailleurs sur le territoire gaspésien à ce type de démarche » indique le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Le processus débutera en novembre 2020 avec une prise de contact auprès des principaux acteurs aux dossiers. Une première série de consultations, en mode virtuel, aura lieu par la suite au mois de décembre pour cibler les principales problématiques. En février et mars, des consultations seront menées sur les pistes de solutions à privilégier, autant auprès des différents groupes d’acteurs ciblés que de la population en général. Enfin, le rapport final sera déposé en avril 2021. À travers le processus, après la première série de consultations, les négociations d’une entente de délégation de gestion pourront débuter avec le MÉRN.

« Nous sommes conscients que la population a différentes opinions sur la façon d’encadrer les activités permises ou interdites sur les plages et sur ce qui devrait être fait; certains privilégient une plus grande protection environnementale, alors que d’autres voient les plages comme un fort vecteur d’attraction citoyenne et touristique. Évidemment, il y a également des limites financières et techniques sur ce que nous pouvons faire sur les nombreuses plages de la municipalité. Nous espérons que le processus consultatif proposé amènera des idées innovantes et qui feront le plus grand consensus au sein de la population. Tout ne pourra être fait en une année, mais nous sommes confiants que de premières actions pourront être mises en œuvre dès 2021, afin d’atténuer les conflits d’usages et améliorer nettement la situation » conclut le maire de Gaspé.

Un comité de suivi composé de 7 personnes incluant des élus, des professionnels et un représentant de l’organisme Destination Gaspé sera formé afin d’assurer le bon déroulement de la démarche. Le coût du mandat est de 15 000$ et sera assumé par la Ville de Gaspé et la MRC de la Côte-de-Gaspé.