COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Dernières nouvelles
Communiqués de presse
Communiqués de presse

Communiqués de presse (96)

La Ville de Gaspé dévoile aujourd’hui ses souhaits et ses attentes envers les budgets fédéral et provincial dont les publications sont prévues respectivement le mardi 19 mars et jeudi 21 mars prochains. Alors que les défis et les responsabilités municipales vont toujours en augmentant, il faut que les autres ordres de gouvernement se penchent sérieusement sur le financement municipal et répondent présents pour les régions du Québec.

Fiscalité municipale

Le maire souhaite que les régions du Québec et les municipalités soient au centre des priorités gouvernementales : « Les villes font face à des responsabilités de plus en plus importantes, sans pour autant recevoir leur juste part de l’assiette fiscale. Elles sont en première ligne des changements majeurs de notre époque : les changements climatiques, l’évolution du tissu commercial, la transformation numérique de notre société en sont quelques exemples. Or, le cadre fiscal dans lequel évoluent les villes n’est plus adapté et n’aide pas à ce que les villes remplissent adéquatement leur rôle, à la hauteur des attentes des citoyens et des citoyennes. C’est encore plus vrai dans les régions et les petites collectivités qui ont une assiette fiscale fort restreinte. Le gouvernement du Québec doit envoyer un signal clair aux municipalités qu’il compte respecter son engagement de réformer la fiscalité municipale, en y incluant entre autres le transfert d’un point de pourcentage de la TVQ aux municipalités et le plein paiement de ses en-lieux de taxes municipales. Le gouvernement fédéral doit également faire sa part en finançant sa juste part des projets d’infrastructures locales en partenariat avec les municipalités et le gouvernement du Québec ».

Transports

Les infrastructures de transport sont toujours une priorité en ce qui a trait au développement global de la Gaspésie et des régions du Québec. « Nous nous attendons à ce que le gouvernement provincial continue d’appuyer la rénovation d’infrastructures aéroportuaires et confirme la reconduction du programme de réduction des tarifs aériens. Nous sommes également confiants de voir se poursuivre la réfection du chemin de fer jusqu’à Gaspé, toujours d’ici 2022. Nous aimerions que le gouvernement fédéral confirme rapidement les sommes consenties au gouvernement du Québec pour la réfection des ports qui seront transférés au Québec, dont celui de Sandy-Beach à Gaspé, infrastructure névralgique pour notre développement. Il doit être au rendez-vous pour poursuivre les investissements sur les ports de pêche, comme celui de l’Anse-à-Valleau, et continuer de répondre aux besoins des pêcheurs du principal port de pêche de la Gaspésie, Rivière-au-Renard. Il doit aussi poursuivre ses investissements dans le secteur touristique comme le parc Forillon ou le projet de revitalisation de Rivière-au-Renard, capitale des pêches, aller de l’avant avec la réfection de ses propres installations comme le phare de Cap-des-Rosiers et suivre l’exemple du gouvernement du Québec en facilitant l’accès au transport aérien comme vecteur de développement socioéconomique », ajoute le maire Daniel Côté.

Développement économique

« Le développement économique de la ville de Gaspé est présentement florissant : nous sommes pratiquement en plein-emploi. Pour continuer de grandir, nous devons attirer des travailleurs et des familles. Pour attirer ces gens, nous devons faciliter la construction de logements. Or, les coûts de construction sont plus élevés en région que dans les grands centres. Paradoxalement, les villes des régions ne peuvent intervenir fiscalement pour aider le secteur privé à combler les besoins de logements, contrairement à certaines grandes villes. Nous espérons que le gouvernement du Québec mette en place des mesures fiscales précises pour la construction de logements locatifs en région ou permette aux villes le désirant d’aider convenablement le secteur privé pour combler les besoins en logements, qui sont urgents à Gaspé en ce moment. Du côté fédéral, nous faisons écho au consensus des préfets de la région et souhaitons que les citoyens de la Gaspésie aient droit, comme d’autres régions excentrées, au crédit d’impôt pour les régions éloignées; il s’agirait là d’une mesure positive pour l’attraction des familles », mentionne le maire de Gaspé.

« Au-delà de la main-d’œuvre et de la question des logements, nous voulons que les gouvernements provincial et fédéral se commettent dans des programmes spécifiques pour nos créneaux de développement : l’éolien, la pêche et le tourisme. En ce sens, nous voulons que les deux paliers de gouvernement fassent partie de la solution dans le dossier de la pêche au sébaste et de la pêche à la crevette, en concertation avec les industriels et les pêcheurs. Nous espérons également que la consultation initiée par la ministre du Tourisme, Mélanie Joly, que nous saluons particulièrement, ait des moyens financiers à la disposition des régions, pour qu’elles puissent mettre en place des projets structurants. Nous demandons également que le budget consenti à Développement Économique Canada soit bonifié, pour leur permettre d’intervenir de façon encore plus grande dans nos projets, tels que celui de la Capitale des pêches maritimes du Québec à Rivière-au-Renard. Enfin, le gouvernement du Québec doit travailler à écouler les prétendus surplus d’Hydro-Québec et confirme la compétitivité de l’énergie éolienne, qui est maintenant l’énergie la moins chère au Québec, en s’engageant à aller de l’avant avec le repowering qui doit débuter dans 3 ou 4 ans », plaide le maire de Gaspé, Daniel Côté.

« Nous avons le devoir de travailler ensemble, les 3 ordres de gouvernements, en ayant à cœur d’abord et avant tout nos citoyens et citoyennes. Les villes, en tant que gouvernement de proximité, sont les mieux placées pour répondre concrètement aux besoins de la population. Les gouvernements provincial et fédéral doivent leur donner les moyens d’agir et répondent présents pour les régions du Québec », conclut Daniel Côté.

Lors de la dernière réunion du conseil municipal tenue le 4 mars dernier, le conseil a approuvé, sur recommandations positives du comité de toponymie, la désignation de 4 lieux publics situés sur le territoire de la municipalité. Rappelons qu’en mars 2016, la Ville de Gaspé avait instauré un comité de toponymie, à même le comité consultatif d’urbanisme, afin de gérer de façon plus transparente et efficace la dénomination officielle de lieux publics sur le territoire de Gaspé. Le comité traite les demandes provenant de la population, du conseil ou de l’administration municipale.

La halte routière de St-Maurice devient la Halte de l’Usine

Le nom de la Halte de l’Usine a été choisi afin de commémorer l’ancienne usine de poissons salés séchés présente sur ce lieu entre les années 1939 et 1983. Employant plusieurs citoyens de Rivière-au-Renard jusqu’à Cloridorme, l’usine sera la première à classer la morue selon les catégories 1-2-3 et la première usine à installer un séchoir à morue en Gaspésie. La révolte des pêcheurs de 1909 fut instiguée, entre autres, par des pêcheurs de Saint-Maurice-de-L’Échouerie; cet événement marquera un tournant dans la gestion des pêches partout au Québec. Notons que cette halte routière ne disposait d’aucun nom spécifique jusqu’à maintenant.

La rue Tar Point devient le chemin Maher

Le nom est proposé en référence à la famille Maher dont les ancêtres se sont installés à Gaspé dans les années 1820. Le nom actuel ferait référence, selon la Commission de la toponymie du Québec, à un endroit où l’on aurait jadis fabriqué du goudron, bien que cela n’ait pu être validé par cette dernière. Le nom pourrait aussi faire référence à la découverte d’hydrocarbures dans le secteur dans les années 1840. D’ailleurs, après cette dénomination, la Ville de Gaspé compte interpeller le ministère des Transports du Québec pour faire installer un panneau rappelant la première découverte d’hydrocarbures effectuée à proximité par l’illustre géologue William Logan. Le chemin Maher a été jugé cohérent avec plusieurs autres noms de rues du village de Douglastown (Trachy, Rob, Kennedy, etc.).

La salle municipale de Saint-Majorique devient la Salle Elphège-Huet

Monsieur Elphège Huet fut maire de la municipalité de Saint-Majorique de 1968 à 1970, juste avant les fusions municipales de 1970. Il fut par la suite conseiller municipal représentant le quartier de Saint-Majorique durant 20 ans. Gérant de la caisse populaire, il fut un homme impliqué dans sa communauté. C’est lors de son mandat à la mairie de Saint-Majorique qu’il obtiendra une subvention gouvernementale permettant la construction de la salle paroissiale sur un terrain dont il fit l’acquisition.

Le Parc Espace vers devient le Parc Yvette-Bossé

Née en 1931 à St-Moise dans la vallée de la Matapédia, Yvette Bossé (née Lamarre) s’est fait connaître dans la communauté de Gaspé par ses nombreuses implications sociales. Fille d’Isabelle au cercle Paul-Alfred de Gaspé, elle est une entrepreneure qui ouvrira un dépanneur au centre-ville de Gaspé. Elle fonda le comité Diffusion Gaspésie qui a pour but de créer une radio communautaire à Gaspé et qui mena par la suite à la création de Radio-Gaspésie en 1976. Élue au conseil municipal en 1975, elle fut la première femme conseillère à Gaspé. Elle continuera à s’impliquer activement dans la vie de la municipalité en présidant notamment le Festival Jacques-Cartier et en restant active au sein de plusieurs comités. Durant son mandat de conseillère municipale, elle réserva un terrain pour l’installation du bureau de poste à Gaspé et procéda à la création d’une commission industrielle pour favoriser un climat propice à la venue de nouvelles industries. Décédée le 10 juillet 2017, elle eut le temps avant sa mort de contribuer activement à faire avancer le dossier de l’hémodialyse.

« J’aimerais souligner l’excellent travail effectué par le comité de toponymie et l’équipe municipale pour l’analyse des dossiers présentés. Le comité de toponymie permet à la population et aux comités locaux de choisir des noms réellement représentatifs des différents villages du Grand Gaspé. Il permet également à la population de se prononcer sur les choix proposés et de bonifier la réflexion du comité et du conseil municipal. Ce sont d’ailleurs 34 commentaires qui ont été formulés dans le cadre du processus menant à ces 4 nouvelles dénominations », mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Pour en savoir plus sur le comité de toponymie et pour consulter la politique de dénomination toponymique de la Ville de Gaspé, vous pouvez vous rendre sur le site internet de la Ville de Gaspé à l’adresse suivante : https://ville.gaspe.qc.ca/services-municipaux/urbanisme-et-amenagement-du-territoire/comite-de-toponymie

La semaine dernière, le maire de Gaspé et préfet de la MRC de la Côte-de-Gaspé, monsieur Daniel Côté, a effectué une tournée de plusieurs cabinets de ministres pour leur présenter différents enjeux locaux et régionaux et les sensibiliser à ceux-ci. En tout, ce sont 8 cabinets ou organismes gouvernementaux qui ont été rencontrés, dont 2 ministres directement.

« D’abord, je me dois de mentionner que nous sommes très satisfaits de l’ouverture démontrée par les ministres et le personnel politique du nouveau gouvernement à Québec. L’accès aux décideurs et la disponibilité des cabinets nous démontrent une grande sensibilité et un respect envers le milieu municipal et les élus locaux. De façon générale, nous dénotons un très grand pragmatisme dans le traitement des enjeux et cela nous rassure sur la suite des choses et sur l’espoir d’en arriver à des solutions concrètes sur nos principaux enjeux », mentionne le maire et préfet.

Lors de cette tournée, monsieur Côté a pu rencontrer le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, monsieur Benoit Charrette, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, monsieur Jonatan Julien, le Président Directeur Général de la Société du Plan Nord, monsieur René Dufresne, ainsi que les cabinets des ministères des Transports, du Tourisme, de la Santé et des Services sociaux, des Affaires municipales et de l’Habitation, et le cabinet du Premier ministre.

« Nous avons pu présenter nos enjeux à chacun de ces cabinets et de se mettre à jour sur nos principaux dossiers, en plus d’aborder quelques enjeux problématiques qui nous préoccupaient particulièrement. Sans entrer dans les détails de tous les dossiers abordés, nous pouvons dire que nos dossiers de transports avancent bien, autant le transport aérien, la réfection du chemin de fer, le transport collectif que la cession du port de mer d’Ottawa vers Québec, qui sont toujours dans les priorités ministérielles. Nous avons également pu établir un consensus sur le déroulement de la tournée de la ministre du Tourisme permettant aux intervenants gaspésiens d’avoir un accès indépendant de ceux du Bas-St-Laurent durant celle-ci. Enfin, l’avenir de la filière éolienne et nos préoccupations face à l’industrie des hydrocarbures ont pu être évoquées lors de nos rencontres, où nous avons pu obtenir la vision gouvernementale sur ces enjeux en plus de nous assurer d’un bon canal de communications pour la suite des choses. Nous avons également pu nous assurer que la liaison maritime Gaspésie-Anticosti-Côte-Nord était toujours à l’ordre du jour du gouvernement » énumère le maire de Gaspé et préfet de la Côte-de-Gaspé.

Daniel Côté se dit globalement satisfait de l’ouverture du gouvernement et des résultats obtenus avec ces rencontres, et il entend poursuivre les contacts réguliers afin de faire avancer les priorités locales et régionales de la Ville de Gaspé et de toute la Côte-de-Gaspé.

C’est avec fierté que le maire de la Ville de Gaspé, Daniel Côté, et la préfète de la MRC Rocher-Percé. Nadia Minassian, ont signé ce matin une nouvelle entente visant à renforcer leur partenariat sur la gestion des matières résiduelles. Cette nouvelle entente prévoit la mise en commun des sites de traitement du compostage et des boues de fosses septiques tout en actualisant différentes clauses des ententes précédentes.

« Je suis particulièrement heureux que nous continuions d’aller dans le sens d’un renforcement de nos partenariats. Voici un exemple de collaboration entre deux territoires de MRC qui profitent à la population de nos communautés. La présente entente prévoit que la Ville de Gaspé acquière sa part dans les infrastructures déjà construites par la MRC Rocher-Percé, soit le site de compostage et de traitement des boues de fosses septiques. On passe donc d’une relation de clients à une relation de partenaires, avec tous les éléments positifs que cela entraîne en termes de partage des risques et d’économies, en nous évitant par ailleurs la construction d’un nouveau site pour le traitement des matières compostables. Je suis très heureux et satisfait du résultat de ces négociations et de ce nouveau partenariat » mentionne le maire Daniel Côté et le président du conseil d’administration de la RITMRG.

En marge de l’entente, différentes clauses administratives ont été mises à jour afin d’en améliorer l’équité, et ce, au bénéfice des partenaires. L’accord permettra de maximiser les économies au niveau des coûts de la gestion des matières résiduelles, un effet bénéfique à long terme pour la population. Il permet aussi la concrétisation d’un modèle d’affaires répondant adéquatement au développement durable de la Gaspésie.

La préfète de la MRC du Rocher-Percé, Nadia Minassian, exprime sa fierté de voir naître ce nouveau partenariat : « Je suis extrêmement fière que la MRC du Rocher-Percé ait été un véritable leader dans le compostage des matières organiques dans la région. Ce partenariat, bénéfique économiquement et environnementalement pour nos citoyens, est aussi une véritable reconnaissance du travail effectué par tous les acteurs de la MRC du Rocher-Percé impliqués de près ou de loin dans la mise sur pied et le bon fonctionnement du site de compostage de Chandler. J’aimerais aussi saluer la ville de Gaspé pour sa volonté et sa décision de devenir partenaire avec nous. Je suis convaincue que la RITMRG continuera d’exploiter le site de compostage de manière efficace et active. »

La Ville de Gaspé a acquis sa part dans les sites au coût global de 1 282 600$, somme affectée à un règlement d’emprunt adopté en décembre 2018. Après cette acquisition, les 2 sites ont été transférés à la RITMRG, au même titre que le centre de tri de Grande-Rivière et le lieu d’enfouissement technique (L.E.T.) de Gaspé.

La Régie intermunicipale de traitement des matières résiduelles de la Gaspésie (RITMRG) a été constituée en 1998 et ses membres sont la MRC du Rocher-Percé et la Ville de Gaspé. Elle a le souci d’offrir tous les outils et les services qui assureront une gestion proactive et efficace des matières résiduelles générées sur les territoires de la MRC du Rocher-Percé et de la MRC de la Côte-de-Gaspé.

La Ville de Gaspé présente aujourd’hui son budget pour l’année 2019, un budget de 26,4 M$ prévoyant une hausse moyenne du compte de taxes de 3,4 %, un gel général des taxes de services, hormis une légère hausse de la taxe d’eau de 6$ pour les résidences desservies par le réseau d’aqueduc, nécessaire en raison de la mise aux normes du réseau d’aqueduc à Gaspé. Les deux éléments majeurs et incontrôlables expliquant la hausse du budget municipal sont les nouveaux contrats de déneigement qui augmentent de 363 346$ et nous évaluons que la quote-part pour financer la Sûreté du Québec grimpera de 157 252$ par rapport au budget 2018. De plus, la part de Gaspé dans les revenus éoliens communautaires est à la baisse (-60 991$), et Gaspé ne reçoit plus un sou de péréquation (-73 914$ par rapport à 2018).

Afin de limiter l’augmentation du compte de taxes, le conseil municipal a dû identifier des économies supplémentaires, notamment en abolissant certains postes vacants au sein de l’appareil municipal. Une appropriation du surplus et d’autres coupures ont permis de limiter la hausse pour le contribuable sans trop affecter les services publics, lesquels ont déjà fait l’objet de bonnes compressions lors des coupures gouvernementales de 2015.

« Si on avait appliqué mur-à-mur les hausses de factures et les pertes de revenus, le compte de taxes aurait subi une hausse fulgurante de plus de 15%. C’était absolument impensable! Plusieurs de ces surcoûts sont complètement hors de notre contrôle, comme la facture de la Sûreté du Québec. Quant aux contrats de déneigement, nous sommes allés deux fois en appel d’offres, mais les derniers hivers très rigoureux auront provoqué cette hausse. Ceci dit, l’équipe municipale a fait preuve d’ingéniosité et de résilience et, avec les efforts soutenus du conseil et des employés, nous sommes parvenus à limiter la hausse à un peu plus de 3% », précise le maire Daniel Côté.

« Nous avons effectué de nombreux investissements dans les dernières années, notamment en asphaltage pour nos routes, l’aréna de Rivière-au-Renard et la mise aux normes du réseau d’eau potable du centre-ville, en plus de diverses infrastructures de loisirs comme le télésiège ou le skatepark. Ces investissements demandés par la population font augmenter le remboursement sur nos investissements à long terme. Le conseil municipal est conscient que la qualité de vie est un enjeu important pour l’attractivité des travailleurs et des familles et pour la rétention des nouveaux arrivants. Malgré cette hausse du compte de taxes, nous avons encore à Gaspé, l’un des comptes de taxes les plus compétitifs de la région, notamment si l’on compare avec la valeur des propriétés, et l’un des plus compétitifs du Québec pour les villes comparables » précise le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Cela signifie que pour une maison évaluée à 165 450 $, représentant l’évaluation moyenne à Gaspé, le compte de taxes augmentera en moyenne de 65 $ pour l’année 2018, portant le taux de taxe foncière de 0,8836$ du 100$ d’évaluation qui demeure parmi les plus bas de la région gaspésienne.

Les priorités en matière d’infrastructures et de grands projets

La Ville de Gaspé a réalisé plusieurs chantiers ces dernières années : le télésiège au centre de ski, la mise aux normes de l’alimentation en eau potable du réseau de Gaspé centre-ville, plusieurs chalets des sports partout dans le Grand Gaspé, un skate park et la mise aux normes complète de l’aréna de Rivière-au-Renard. Nous irons de l’avant avec la réfection et l’allongement de la piste d’aéroport Michel-Pouliot de Gaspé, dans le but d’apporter une meilleure desserte et de stimuler la compétition afin de diminuer le prix du billet. En souhaitant que le financement gouvernemental soit au rendez-vous, nous pourrions aussi aller de l’avant avec le grand projet de revitalisation du cœur villageois de Rivière-au-Renard, capitale des pêches du Québec. Nous voulons également créer un lien routier entre le parc industriel des Augustines et le port de Sandy-Beach pour faciliter le développement industriel et l’accès aux transports maritime et ferroviaire pour les entreprises.

Nous croyons que le développement économique de notre ville passe par une priorisation des investissements en infrastructures qui seront de nature à susciter du développement, de la création d’emplois, de l’attractivité pour les familles et les travailleurs et, forcément, de la diversification de nos revenus municipaux pour assurer les services à la population. Nous voudrons également mettre l’emphase sur des projets de développement économique comme la construction de nouveaux logements et l’attraction d’une main-d’œuvre suffisante pour assurer la croissance de nos industries et commerces.

« La bonne santé de notre économie locale nous permet d’entrevoir l’avenir avec enthousiasme et de toujours prioriser la qualité de vie de notre population afin que notre milieu soit toujours plus attrayant. Nous voyons par contre des défis en termes de main-d’œuvre et de logement qui s’avèrent des freins à la croissance de notre économie. En gérant de façon à respecter la capacité de payer de nos citoyens tout en investissant dans des projets structurants pour notre qualité de vie, nous réussirons à poursuivre notre croissance et assumer notre rôle de cité régionale en Gaspésie » conclut le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Fichier joint :